Sénégal : des experts de l'ONU appellent au respect de la liberté d’expression

Écouter /

Deux experts des Nations Unies ont exhorté vendredi les autorités sénégalaises à assurer sans délai le respect des libertés de réunion pacifique et d’expression et prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer le déroulement d’élections présidentielles libres, transparentes et justes, qui reflètent la volonté du peuple sénégalais. Tous deux ont appelé toutes les parties à s’abstenir de tout recours à la violence avant, pendant et après les élections.

« La tenue d’élections constitue une opportunité majeure pour que toutes les voix, y compris celles professant des opinions minoritaires ou dissidentes, puissent participer au débat démocratique au Sénégal », ont indiqué le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’association et de réunion pacifiques, Maina Kiai, et le Rapporteur sur la liberté d’expression et d’opinion, Frank La Rue.

Le premier tour des élections présidentielles est prévu pour ce dimanche 26 février. Depuis la publication de la liste de candidats à l’élection en janvier dernier, de nombreuses manifestations, parfois violentes, se sont tenues à Dakar et dans d’autres villes du pays.

« Tous les atteintes à la liberté de réunion pacifique doivent immédiatement cesser », a affirmé M. Kiai. « Les autorités doivent respecter les normes établies par le droit international en matière de liberté de réunion pacifique ainsi que la législation nationale du Sénégal qui garantissent à tous et sur l’ensemble du territoire national le droit de réunion pacifique, y compris en période de campagne électorale ».

Dans le même sens, Frank La Rue a souligné que « les autorités devaient prendre toutes les mesures pour garantir la libre expression de tous ». « Je suis également préoccupé par les allégations d’attaques contre des journalistes, qui ont un rôle essentiel à jouer durant cette période d’élections », a-t-il dit.

« Je condamne toutes les formes de violence et suis indigné par des informations rapportant la mort de plusieurs personnes ces dernières semaines. L’exercice de la justice ne peut tolérer l’impunité, ni l’application d’une logique de deux poids deux mesures. Toute personne responsable de, ou impliquée dans des actes de violence ou de tout usage excessif de la force devra répondre de ses actes devant la justice, en conformité avec le droit international des droits de l’homme », a renchéri M. Kiai.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a renouvelé jeudi son appel à la tenue d’un scrutin paisible, crédible et transparent au Sénégal, « en accord avec la longue tradition démocratique du pays et les aspirations de son peuple ».

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...