Sahel : le Conseil de sécurité pour une approche coordonnée

Écouter /

Lynn Pascoe, Secrétaire général adjoint de l'ONU aux affaires politiques devant le Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité s’est dit préoccupé mardi de l’impact de la crise libyenne dans la région du Sahel, tout en notant qu’une grande partie des défis auxquels fait face la région existait déjà avant la crise en Libye.

Les membres du Conseil de sécurité ont entendu le 26 janvier un exposé du Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, sur la mission d’évaluation qui a été menée au Sahel.

Dans une déclaration à la presse publiée par la Présidence du Conseil, les membres du Conseil ont fait part de « leur inquiétude concernant la situation humanitaire et sécuritaire au Sahel, où la prolifération des armes et le flux de retour de personnes ayant vécu en Libye exacerbent des problèmes existants, dont la menace terroriste des groupes Boko Haram et Al Qaïda dans le Maghreb islamique (AQMI), la criminalité organisée, la crise alimentaire et le manque de développement dans les zones reculées. »

Le Conseil de sécurité a souligné le besoin urgent d’une approche coordonnée et inclusive par toutes les parties prenantes afin de trouver une solution complète aux problèmes de la région. Il juge notamment nécessaire que le système des Nations Unies, l’Union africaine, l’Union européenne, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et d’autres acteurs coopèrent ensemble avec les pays du Sahel et du Maghreb.

Les membres du Conseil de sécurité ont demandé une approche intégrée de l’ONU dans la région du Sahel, qui prenne en compte les dimensions sécuritaire, humanitaire et de développement et ils ont promis de continuer à suivre de près la situation dans le Sahel.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...