République centrafricaine : OCHA évoque une vulnérabilité extrême

Écouter /

La République centrafricaine est l'une de ces crises humanitaires oubliées du continent africain. Pourtant sur le terrain, les armées centrafricaines et tchadiennes ont lancé, le 24 janvier dernier, une offensive contre le rebelle tchadien Baba Laddé, qui sévit dans le centre-nord de la Centrafrique. Cette traque du Chef du Front populaire pour le redressement (FPR) a engendré le déplacement de près de 4 000 personnes dans la sous-préfecture de Kabo. Dans son dernier bulletin humanitaire, OCHA note que plus de 11 000 personnes s'étaient aussi déplacées dans la sous-préfecture de Kaga-Bandoro et vivaient dans des familles d'hôtes ou dans la brousse.

Face à cette situation préoccupante, le Chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires en République centrafricaine, préfère plutôt évoquer une « catastrophe de développement qu'une crise humanitaire ». Selon Jean-Sébastien Munié, « le niveau de vulnérabilité pour une grande majorité de la population centrafricaine est telle que le moindre petit choc – lié à la violence, à un conflit politique ou à la criminalité – provoque très rapidement de manière localisée mais très brutale, une crise humanitaire pour laquelle une réponse d'urgence est indispensable ».

Les organismes humanitaires présents sur le terrain et des « institutions expertes » décrivent la situation qui sévit ici en RCA « comme l'une des plus graves en Afrique ». « Une situation comparable à la Somalie sans que la RCA n'ait pour autant des immenses camps de déplacés ou de réfugiés », fait remarquer Jean-Sébastien Munié. Le Chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires en RCA note que dans ce pays, « on surfe sur une vulnérabilité, sur un sous-développement extrême où chaque choc provoque une crise ».

En République centrafricaine, les Nations Unies et leurs partenaires portent assistance à plus de 170 000 déplacés internes et quelque 20 000 réfugiés principalement originaires de la région du Darfour au Soudan et de la République démocratique du Congo.

Sur l'appel de fonds consolidé de 134 millions pour 2012, la RCA n'a reçu pour le moment que 4 %, soit presque 5 millions de dollars américains. Les financements les plus importants portent sur les secteurs de la sécurité alimentaire, de la protection, de la santé et l'assistance multisectorielle aux réfugiés. En raison du sous financement de son appel de fonds, la République centrafricaine a reçu en décembre dernier une allocation de 6 millions de dollars américains de la part du Fonds central d'intervention d'urgence (CERF).

La RCA est classée 179e sur 187 dans le rapport 2011 du PNUD sur le développement humain.

(Interview : Jean-Sébastien Munié, Chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires en République centrafricaine ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...