Vers un Parlement panafricain pour une Afrique plus démocratique

Écouter /

Le Dr Moussa Idriss Ndélé, Président du Parlement panafricain (UN Photo)

A partir de 2013, l'Afrique sera dotée d'un corps législatif à part entière sous la forme du Parlement panafricain.

Cette entité est le 3ème de 11 organes de l'Union africaine, et celui chargé de représenter les peuples africains. Le Parlement pourra ainsi légiférer au nom des populations africaines mettant en œuvre sa devise « une Afrique, une voix ».

Une transformation qui va de pair avec le renforcement du rôle et des compétences de la Commission de l'Union africaine en une autorité avec des pouvoirs exécutifs plus importants, de même que celui de la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples, qui aura un rôle réellement judiciaire avec des conséquences pénales.

Les parlementaires qui composeront le nouveau Parlement légiférant seront élus par les parlements nationaux à raison de cinq par pays, dont deux femmes à chaque fois.

Autre composante de ce nouveau Parlement, la diaspora africaine. L'Union africaine en a déjà reconnu l'apport potentiel considérable. Mais la forme exacte de cette collaboration reste encore à déterminer.

Le docteur tchadien Idriss Moussa Ndélé est l'actuel Président du Parlement Panafricain. Il se trouve à New York pour la réunion spéciale, en vue de la Réunion préparatoire des parlementaires de la diaspora africaine, devant se tenir en juin 2012 en Afrique du Sud. Il a accordé une interview à la Radio des Nations Unies.

(Interview : Dr. Idriss Moussa Ndélé , Président du Parlement panafricain ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous Dossiers.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...