OMS : la tuberculose multirésistante source de préoccupation

Écouter /

Radiographie du thorax d'un patient avec une tuberculose pulmonaire avancée

Une nouvelle étude de l'OMS montre les problèmes que pose la résistance aux médicaments antituberculeux dans le monde. Cette mise à jour globale de la tuberculose montre que dans certains pays, plus de 65% des patients avaient été déjà traités antérieurement.

80 pays et 8 territoires ont fourni des données de surveillance. Parmi les cas nouveaux et traités antérieurement, la tuberculose multirésistante était la plus élevée en République de Moldavie (65,1%) et dans la Fédération de Russie (28,9%). Dans trois pays de l'ex-Union soviétique et en Afrique du Sud, plus de 10% des cas de tuberculose étaient ultra-résistants.

Entre 1994 et 2010, les taux de tuberculose multirésistante dans la population générale ont augmenté au Botswana, en République de Corée et au Pérou et diminué en Estonie, Lettonie et aux Etats-Unis d'Amérique.

En 2009, l'OMS a estimé que 9,4 millions de personnes avaient développé la tuberculose et que 1,7 million en étaient mortes, dont 380 000 personnes souffrant de VIH associé à la tuberculose. En 2008, année la plus récente pour laquelle des estimations sont disponibles, il y avait quelque 440 000 cas de tuberculose multirésistante qui ont entraîné 150 000 décès.

La tuberculose multirésistante est due à un bacille résistant aux médicaments antituberculeux les plus efficaces (isoniazide et rifampicine). Cette forme de tuberculose ne répond pas au traitement standard de six mois par les antituberculeux de première intention et peut exiger un traitement de deux ans ou plus avec des médicaments moins puissants, plus toxiques et beaucoup plus chers.

(Extrait sonore : Docteur Dennis Falzon, Expert au Département de l'OMS Halte à la tuberculose ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous L'info, Le journal direct, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...