Libye : l'ONU salue l'adoption d'une nouvelle loi électorale

Écouter /

La Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) a salué jeudi l’adoption d’une nouvelle loi électorale dans ce pays, en la qualifiant « d’avancée importante dans la transition démocratique de la Libye ».

Selon les informations relayées dans la presse, les autorités libyennes ont adopté la loi mercredi. La nouvelle loi précise les circonstances de la tenue d’un scrutin pour élire une Assemblée nationale, qui sera chargée de rédiger une nouvelle constitution.

Dans un communiqué de presse publié à Tripoli, la MANUL a rappelé que le processus électoral, dont la rédaction de nouvelles lois, était mené par les Libyens eux-mêmes. La Mission onusienne a apporté une assistance technique au Conseil national de transition et elle se tient prêt à soutenir la Haute commission électorale nationale.

« Les premières élections libres depuis plus de quatre décennies seront une occasion pour les Libyens d’exercer leurs droits démocratiques dans un processus qui sera déterminant pour l’avenir du pays », a indiqué la déclaration.

« La MANUL reste engagée, en accord avec son mandat du Conseil de sécurité, à assister et soutenir les efforts les Libyens pour entreprendre un dialogue politique, promouvoir une réconciliation nationale et lancer le processus électoral », a poursuivi la déclaration.

Le chef de la MANUL, Ian Martin, qui est aussi le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Libye, s’est rendu mercredi dans la ville côtière de Syrte afin d’y rencontrer des représentant du conseil local, du conseil militaire et de la société civile. Syrte est l’une des villes les plus durement frappées par le conflit qui a secoué le pays l’année dernière.

« J’ai voulu constater personnellement l’étendue des destructions subies par la ville pendant la guerre. J’étais profondément impressionné de voir parmi les décombres, la volonté et les efforts des habitants pour reconstruire et ramener la vie dans la ville malgré une assistance très limitée », a indiqué Ian Martin.

Les membres du conseil local ont expliqué que leurs plus grandes préoccupations du moment sont l’éducation, les services de santé, la reconstruction, le déminage et la clarification du sort de ceux qui ont disparu pendant les hostilités ainsi que la situation des personnes déplacées.

Ian Martin a fait savoir que le personnel des Nations Unies serait de retour à Syrte dans les jours à venir afin d’entamer un dialogue sur la façon dont l’ONU peut les aider le mieux possible dans les efforts de reconstruction.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...