Journée internationale des enfants soldats : les défis de la libération et de la réinsertion

Écouter /

Des enfants soldats enrôlés par les Forces démocratiques de libération du Rwanda, ici à Pinga, en République démocratique du Congo (UN-Photo/Marie Frechon)

Ce dimanche 12 février on a souligné la Journée internationale des enfants soldats. Une journée dédiée aux milliers de garçons et de filles qui, dans le monde, sont associés aux forces et aux groupes armés – en tant que soldats, cuisiniers, porteurs, messagers, ou souvent à des fins sexuelles pour les filles. L'Unicef estime qu'environ 300 000 enfants sont actuellement mêlés à une trentaine conflits à travers le monde.

Dix ans après l'entrée en vigueur du le Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant et concernant la participation des enfants aux conflits armés, la question demeure d'une cruelle actualité. D'après l'Unicef, entre 250 000 et 300 000 enfants, certains recrutés dès l'âge de 10 ans, seraient actuellement engagés dans une trentaine de conflits à travers le monde.

Ces enfants associés aux forces ou groupes armés sont exposés à des violences terribles, en tant que témoins ou acteurs, alors qu'eux-mêmes sont également des victimes : abusés sexuellement, exploités, blessés. Ils sont privés de leurs droits, de leur enfance, et en subissent de lourdes conséquences physique et psychologiques – quand ils ne sont pas tués. La plupart ont été enrôlés de force, d'autres se sont engagés, contraints par le contexte économique, social ou sécuritaire. La pauvreté et les déplacements de population rendent les enfants particulièrement vulnérables au recrutement.

En 2010, l'UNICEF a pris en charge 11 400 enfants soldats et 28 000 autres « enfants vulnérables » affectés par des conflits armés. Depuis 1998, plus de 100 000 enfants ont été libérés et réinsérés dans leurs communautés, dans plus de 15 pays du monde affectés par des conflits armés.

Depuis le milieu des années 80, l'Unicef et ses partenaires font du plaidoyer qui a permis  la libération d'enfants associés à des groupes et forces armés dans de nombreux pays : Afghanistan, Angola, Burundi, RCA, Colombie, Côte d'Ivoire, RDC, Guinée Bissau, Libéria, Mozambique, Népal, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Sri Lanka, Soudan et Ouganda.

Outre la libération de ces enfants, l'Unicef travaille aussi à leur réinsertion en soutenant l'action de structures d'associations locales qui leur apportent des soins médicaux, un soutien psychologique, un apprentissage théorique ou pratique, et leur proposent des activités qui leur permettent de se réinsérer dans la société. Quand cela est possible, ces enfants retrouvent leur famille. L'Unicef mène également des programmes de prévention au recrutement, et promeut un cadre légal qui interdit le recrutement et l'utilisation d'enfants dans les groupes et forces armés.

(Interview : Cécile Marchand, Spécialiste pour la protection de l’enfance au Bureau régional de l’Unicef, à Dakar ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...