Faure Gnassimbé : pour un partenariat plus accru contre la criminalité organisée

Écouter /

Conseil de sécurité (Paulo Filgueiras)

L'Impact de la criminalité transnationale sur la paix et la sécurité en Afrique de l'Ouest et dans la région du Sahel est le thème du grand débat du Conseil de sécurité de l'ONU de ce mardi. Un débat animé en présence de Faure Gnassimbé Président du Togo et Président en exercice du Conseil de sécurité de l'ONU pour le mois de février et de Yuri Fedotov Président de l'Office de l'ONU contre la drogue et le crime.

Les incidences de la crise libyenne sur la région du Sahel et le trafic de la drogue en Afrique de l'Ouest, avec un chiffre alarmant donné par Yuri Fedotov : deux millions et demi de personnes en faisant usage en Afrique de l'Ouest inquiètent particulièrement le Conseil de sécurité de l'ONU. Ban Ki-moon dans son allocution devant le Conseil révèle les conclusions d'une commission d'enquête qu'il a dépêché en Afrique au mois de décembre dernier : “De plus en plus constate la commission d'enquête les réseaux terroristes Tels que Al Qaïda et les filières de la drogue coopèrent ensemble“, a averti le Secrétaire général des Nations Unies.

Faure Gnassimbé, Président de la République togolaise, qui s'est assuré le partenariat puissant de la France, des Etats-Unis et de l'Europe dans la lutte contre la circulation et la croissance en fréquence et en intensité du trafic des armes de gros calibre aux côtes du Togo, du Nigéria et du Bénin, met en garde contre ce frein aux ressources intellectuelles, financières et humaines pouvant être déployées dans des projets de développement, avant de réitérer davantage de soutien des pays partenaires au renforcement des capacités nationales en Afrique de l'ouest et au Sahel pour faire face aux nouvelles générations de banditisme, d'action de piraterie, de groupuscules terroristes et de crime organisé ; et de soumettre une proposition : “la création d'un groupe de contact international sur la criminalité transnationale organisée à l'instar de celui sur la piraterie dans les larges des côtes somaliennes“.

Tour à tour, tant la France que les États-Unis se venteront de leurs opérations de soutien à hauteur de 10 millions d'euros par exemple pour la France pour renforcer la justice et la gouvernance dans les pays du Sahel, les projets de renforcement de la sécurité maritime lancés par ce même pays dans le golfe de guinée, notamment au Ghana, au Togo et au Bénin, ou encore le démantèlement et la suppression d'armes obsolètes par les Etats-Unis notamment en Guinée Bissau.

(Mise en perspective de Maha Fayek, avec des extraits sonores de Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies et Faure Gnassimbé, Président de la République du Togo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...