Double véto sur la Syrie : les explications d'un vote

Écouter /

Malgré dix mois de crise et la poursuite des violences, le Conseil de sécurité n'a pas réussi à dépasser ses divisions samedi pour mettre fin à la répression en Syrie. Treize de ses membres ont voté en faveur du projet de résolution de la ligue arabe présenté le 24 janvier dernier par le Maroc, mais la Russie et la Chine ont voté contre. Un double véto de deux États Membres permanents du Conseil, qui équivaut à un rejet pur et simple du texte.

En gros, le projet de résolution basé sur l'initiative de la Ligue arabe condamnait toutes les violences, d'où qu'elles viennent, et surtout contenait plusieurs exigences. D'abord la fin immédiate par le gouvernement de toutes les violations des droits de l'homme. Ensuite, la fin par tous les groupes armés des violences et représailles. Autre exigence, le respect par le régime Assad du plan d'action de la Ligue arabe qui porte notamment sur la protection des civils, la fin des arrestations arbitraires, le retour dans leurs casernes des forces armées, sans oublier le rétablissement de la liberté de mouvement dans tout le pays. Enfin, dernière exigence, la coopération sans réserve du régime syrien avec le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et sa Commission d'enquête.

Premier à s'exprimer, le Représentant permanent du Maroc, Mohamed Loulichki n'a pas caché sa profonde déception. Il a espéré que ce vote négatif n'entraînerait pas une poursuite voire une escalade des violences. Le diplomate marocain a fait valoir que l'initiative de la Ligue arabe gardait toute sa validité et que la Ligue allait poursuivre ses efforts. Une intervention suivie de celle très remarquée de Gérard Araud. Le Représentant permanent de la France qui a dressé un véritable réquisitoire tout autant contre les responsables de la paralysie du Conseil que le régime syrien.

“”C'est un triste jour pour ce Conseil, c'est un triste jour pour les Syriens, c'est un triste jour pour tous les amis de la Démocratie. Et, au-delà des milliers de morts, de blessés, de torturés, d'emprisonnés depuis le début de la répression il y a presque un an, l'histoire vient rajouter à notre honte puisqu'aujourd'hui se trouve être le jour anniversaire du massacre de Hama et le lendemain d'un autre massacre ignoble à Homs. Le père tuait massivement, le fils en fait autant. L'horreur est héréditaire à Damas”, a déclaré Gérard Araud.

Sur le fond, plusieurs représentants de pays emboiteront le pas à la déclaration du diplomate français, à l'instar de ceux des Etats-Unis, de l'Allemagne, du Royaume-Uni, du Portugal, de la Colombie ou encore du Guatemala. La Représentante américaine, Susan Rice parlera même de son dégoût devant ceux qui continuent de fournir des armes à Damas et veulent à tout prix entraver l'action du Conseil. Le Royaume-Uni soulignera que rien dans le projet de résolution ne justifiait un véto. Bien que plus neutres, voire plus réservés, l'Inde, le Pakistan, l'Afrique du Sud, le Togo et l'Azerbaïdjan justifieront eux aussi leur vote en faveur du projet de résolution.

De son côté, Vitaly Churkin, le Représentant permanent de la Russie, lors d'une courte intervention a fait valoir que le travail du Conseil de sécurité n'est pas terminé. Que le projet de résolution rejeté était particulièrement déséquilibré et ne tenait pas compte du projet présenté par la Russie. Et surtout que son pays, poursuit ses initiatives. Ainsi, une délégation emmenée par le Ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, rencontrera le 7 février à Damas le Président Assad pour soutenir le processus de dialogue et contribuer à une résolution pacifique de la crise.

Le représentant de la Chine, Li Baodong, lui aussi a expliqué le vote négatif de son pays, tout en soulignant la nécessité de respecter la Charte des Nations Unies. Il a exhorté toutes les parties syriennes à cesser les violences et à rétablir au plus vite l'ordre. La Chine soutient les bons offices de la Ligue arabe et le lancement d'un processus de dialogue par les Syriens eux-mêmes. Il importe, poursuivra le diplomate chinois, que la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Syrie soient respectées. En attendant, il faut être raisonnables, maintenir l'unité du Conseil et ne pas préjuger des résultats du dialogue proposé par le gouvernement syrien et des efforts russes la semaine prochaine.

Enfin, le Conseil de sécurité a entendu le long plaidoyer du Représentant permanent de la Syrie. Bashar Jaafari, se référant à l'histoire et à la littérature a jugé préoccupante la précipitation de certaines parties à entamer une intervention internationale. ''Qui peut croire que le gouvernement d'un pays pourrait commettre des massacres alors que le Conseil de sécurité s'apprête à se réunir pour examiner la situation dans ce même pays, a-t-il demandé?

Après avoir fustigé les attaques contre des représentations diplomatiques syriennes dans plusieurs pays, Bashar Jaafari a fait valoir que la meilleure preuve des bonnes intentions et de la bonne volonté du gouvernement syrien est contenue dans le rapport de la commission d'observation de la Ligue arabe. La Syrie, a-t-il poursuivi, continuera d'être le pays de la tolérance, le pays de tous les Syriens, de toutes les minorités.

A noter que la résolution sur la Syrie rejetée ce samedi est la deuxième bloquée en quatre mois au Conseil de sécurité par la Chine et la Russie. Mardi dernier, lors d`un débat ministériel et de la présentation du nouveau projet de résolution, le Conseil de sécurité avait déjà discuté de la situation en Syrie, où la répression exercée depuis plusieurs mois par le régime du Président Assad contre des manifestants réclamant des réformes a fait plusieurs milliers de morts.

Enfin, dans une déclaration à la presse publiée samedi à l'issue de la réunion, le Secrétaire général de l`ONU, Ban Ki-moon, a regretté profondément que le Conseil de sécurité n`ait pas été en mesure de se mettre d`accord sur une résolution soutenue par la Ligue des Etats arabes pour mettre fin à la violence en Syrie.

(Mise en perspective Jérôme Longué, avec des extraits sonores des interventions des Représentants permanents du Maroc, de la France, des Etats-Unis, de la Fédération de Russie, de la Chine et de la Syrie)

Classé sous Dossiers.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...