Dadaab : le plus grand camp de réfugiés somaliens a plus de 20 ans

Écouter /

Cette année est le 20e anniversaire du camp de réfugiés le plus vaste au monde, Dadaab, situé au nord-est du Kenya. Le HCR, qui gère le complexe des camps de réfugiés de Dadaab, avait établi les premiers camps entre octobre 1991 et juin 1992, suite à la guerre civile en Somalie qui avait culminé en 1991 avec la chute de Mogadiscio et le renversement du gouvernement central.

La capacité d’accueil initiale des trois camps de Dadaab était de 90 000 personnes. Aujourd’hui, plus de 463 000 réfugiés y sont hébergés, avec environ 10 000 d’entre eux qui sont des réfugiés de la troisième génération nés à Dadaab de parents réfugiés également nés sur place.

Durant la famine de l’année dernière en Somalie, le nombre des arrivées a souvent dépassé 1000 personnes par jour. Environ 30 000 personnes sont arrivées en juin, 40 000 en juillet et 38 000 en août. Ces arrivées ont porté une pression supplémentaire sur les ressources existantes. Conjointement avec les autorités locales et les agences humanitaires, le HCR a réussi à répondre à l’afflux en établissant des centres de réception et en fournissant rapidement une assistance aux nouveaux arrivants.

A l’occasion de cet anniversaire, le HCR renouvelle son appel à la communauté international d’assurer un appui continu à environ un million de réfugiés somaliens dans la région, ainsi qu’au Kenya et aux autres pays qui les accueillent. Un tiers de la population réfugiée a quitté la Somalie en 2011 à cause des effets dévastateurs de la sécheresse, de la famine et des violences. Ces deux dernières décennies ont également souligné le besoin de restaurer la paix en Somalie, pour créer les conditions favorables au retour des réfugiés somaliens. Le HCR espère que les délibérations de la Conférence pour la Somalie à Londres, qui commence le 23 février, serviront de catalyseur pour une solution permanente au problème récurrent de la situation en Somalie – que le HCR demande depuis longtemps.

Actuellement, la situation à Dadaab est extrêmement difficile. L’enlèvement de trois travailleurs humanitaires l’automne dernier et, plus récemment, le meurtre de deux représentants de réfugiés et de plusieurs policiers kényans ainsi que des menaces contre le personnel humanitaire ont forcé le HCR et ses partenaires à redéfinir leur façon de fournir l’aide. Depuis octobre jusqu’à récemment, il y a eu des restrictions de sécurité sur les mouvements aux alentours des camps. Cependant, l’assistance vitale comme la fourniture de la nourriture, de l’eau et des soins de santé n’a jamais cessé et elle est toujours restée notre priorité. De plus, les écoles, gérées principalement par des enseignants réfugiés, sont restées ouvertes et ont pu organiser les examens nationaux kényans à la fin 2011, malgré la situation d’insécurité.

Plus de 968 000 Somaliens vivent en tant que réfugiés dans les pays voisins de la Somalie, tout d’abord au Kenya (520 000), au Yémen (203 000) et en Ethiopie (186 000). Un tiers d’entre eux ont fui en Somalie durant l’année 2011. Par ailleurs, 1,3 million de personnes sont déplacées internes à l’intérieur de la Somalie.

(Interview : Andrej Mahecic, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Dossiers.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...