Yémen : 58% des enfants souffrent de malnutrition chronique selon l'UNICEF

Écouter /

Dans le camp d'Al-Mazrak, le docteur Kamel Ben Abdallah détecte les enfants souffrant de malnutrition (Photo : UNICEF/Truls Brekke)

La Directrice régionale de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Maria Calivis, a conclu cette semaine une visite de deux jours au Yémen, où elle a pu constater l'étendue de la malnutrition chez les enfants du pays.

« Cette année seulement, un demi-million d'enfants au Yémen sont susceptibles de mourir de malnutrition ou de souffrir de séquelles physiques ou cognitives résultant de la malnutrition si nous ne passons pas à l'action. On peut prévenir la malnutrition. Ne pas réagir serait impensable », a dit Maria Calivis.

Avec 58% d'enfants touchés, le Yémen a le deuxième taux le plus élevé de malnutrition chronique parmi les enfants dans le monde, après l'Afghanistan. La malnutrition sévère touche plus de 30% d'enfants dans certaines régions du pays. Cette situation est comparable à celle observée au Sud de la Somalie, et est deux fois plus élevée que les standards d'urgence internationaux.

Devant cette situation, l'UNICEF a lancé un appel de fonds de 50 millions de dollars afin de financer des programmes pour répondre aux besoins humanitaires urgents des enfants au Yémen, cette année.

Pour Geert Cappelaere, Représentant de l'UNICEF au Yémen, les racines du problème de la malnutrition dans ce pays sont nombreuses. Certes, l'accès déficitaire à la nourriture est en cause, mais aussi le manque d'accès en eau potable et services d'assainissement. A cela s'ajoute des pratiques culturelles, notamment le fait que les jeunes filles ne bénéficient pas nécessairement des mêmes portions que les garçons.

La crise politique dans laquelle a été plongé le pays en 2011 a aussi eu des répercussions importantes sur la sécurité alimentaire, en favorisant une hausse des prix des aliments et de l'eau, mais aussi en ayant un impact sur la disponibilité des soins de santé qui auraient autrement pu permettre à des enfants souffrant de malnutrition d'être pris en main avant que leur condition ne se détériore.

La Directrice régionale, Maria Calivis, a profité de sa visite en territoire yéménite pour rencontrer les représentants du nouveau gouvernement de transition et s'assurer que la lutte contre la malnutrition soit une priorité pour les autorités. De son côté, Geert Cappelaere salue le travail des autres agences onusiennes et des ONG, tout en insistant sur la nécessité de trouver du financement pour les actions de l'UNICEF auprès des enfants malnutris, de peur que le Yémen s'enlise dans une situation similaire à celle que la Somalie a connu au plus fort de la crise alimentaire qui a touché la Corne de l'Afrique en 2011.

(Interview : Geert Cappelaere, Représentant de l'UNICEF au Yémen ; propos recueillis par Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...