Soudan du Sud : l'ONU au secours des populations victimes des violences

Écouter /

Une membre des opérations de maintien de la paix de l'ONU tient un bébé alors que la MINUSS évacue la population à Pibor (UN Photo/Isaac Billy)

Au Soudan du Sud, une mission d'évaluation humanitaire des Nations Unies est à l'œuvre à Pibor et dans d'autres villages dans l'Etat de Jonglei, à l'Est du pays, sur les besoins urgents de la population après les récents conflits sanglants entre différentes ethnies. Alors qu'il finalise son plan de réponse rapide pour cette région, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) estime que plus de 50 000 personnes ont été affectées par les violences et sont déplacées.

Pour assurer leur sécurité, plus de 400 Casques bleus supplémentaires ont été déployés. Selon le porte-parole de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), Kouider Zerrouk, « la situation aujourd'hui à Pibor est plutôt calme, les Lou Nuer ont quitté le village de Pibor en direction de leurs habitations depuis deux jours, nous contrôlons ce mouvement de population. Nous pouvons confirmer qu'il n'y a aucune présence des éléments qui avaient initié les attaques contre les civils », a-t-il déclaré dans un entretien accordé jeudi à la Radio de l'ONU.

Kouider Zerrouk a indiqué que la Mission se coordonne avec les institutions du gouvernement sud-soudanais et les agences humanitaires, notamment le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), afin de fournir les besoins humanitaires de base aux populations déplacées. Grâce au Services aériens d'aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS), le PAM a pu acheminer des rations alimentaires pour environ 1.000 personnes pendant deux semaines.

L'Etat du Jonglei est le théâtre d'une série d'attaques et de contre-attaques entre les ethnies Lou Nuer et Murle, qui s'affrontent depuis longtemps sur des questions de pâturages, d'accès à l'eau et de bétail.

« Le Conseil de sécurité a pris la mesure de ce qui se passe qui est une crise très sérieuse révélant des tensions ethniques », a déclaré jeudi le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, à la suite de consultations à huis clos. « Le principal problème que nous avions dans cette région est l'accès parce qu'il n'y a pas de routes et le nombre d'hélicoptères est insuffisant », a précisé Hervé Ladsous, avant de souligner que les Casques bleus avec les forces de sécurité sud-soudanaises ont permis de contrecarrer une attaque frontale par un groupe de Lou Nuer.

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...