Sahel : l'ONU doit adopter une stratégie intégrée, estime la France

Écouter /

La salle du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité a examiné cet après-midi, la situation au Sahel. Les quinze ont entendu le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques. Lynn Pascoe a mis l'accent sur l'impact de la crise libyenne dans la région. Puis les membres du Conseil ont pris la parole. Parmi eux, Gérard Araud, le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies qui a souligné la gravité et la multitude des défis qui se posent dans la région, mais aussi la nécessité, pour les Nations Unies, d'adopter une approche plus intégrée pour aider les Etats de la région à les relever. Gérard Araud qui pêle-mêle a cité les mouvements migratoires, les crises alimentaires récurrentes, le terrorisme d'Al Qaida au Maghreb islamique et de Boko Haram, les trafics d'armes, de drogues, voire d'êtres humains.

Tous ces phénomènes ont pour point commun d'être des questions transnationales, qui concernent, certes à des degrés divers, l'ensemble des Etats du Sahel. Or bien souvent, ces Etats se trouvent démunis pour faire face à des problématiques qui dépassent le cadre de leurs frontières et contribuent à déstabiliser la région. A cet égard, il est donc particulièrement pertinent pour le Conseil de sécurité de se pencher sur la question sahélienne sous tous ces aspects, ce qu'il n'avait jamais fait, a fait valoir Gérard Araud.

Le diplomate français qui, a par ailleurs prôné un renforcement de la coopération des Etats de la région en faveur de la sécurité, mais aussi du développement, notamment pour le contrôle aux frontières. Car, selon lui, les solutions doivent d'abord venir des Etats eux-mêmes. De leur côté, les Nations Unies ont aussi un rôle à jouer au Sahel en se dotant d'une approche interne plus intégrée pour assister les Etats de la région sur la sécurité et le développement, en orientant les agences, fonds et programmes dans la même direction. En fait, selon Gérard Araud, l'idéal serait de s'appuyer sur les structures existantes et de les renforcer tout en s'appuyant sur la stratégie pour le Sahel lancée par l'Union européenne en 2011. Une stratégie qui prévoit de nombreux projets concrets de partenariats, articulés autour du développement, de la sécurité et du dialogue politique.

(Mise en perspective : Jérôme Longué ; avec un extrait sonore de l'intervention de Gérard Araud)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...