RDC: plus de 100.000 déplacés par les violences depuis novembre

Écouter /

La localité de Waloa Yungu, en territoire de Walikale, à environ 100 kilomètres au nord-ouest de Goma, capitale du Nord-Kivu, ressemble à une ville fantôme à cause d'affrontements réguliers entre des groupes armés rivaux et poussant la population à quitter la région

Depuis novembre dernier, plus de 100.000 personnes ont fui les violences dans la région orientale de la République démocratique du Congo (RDC). Ces mouvements de populations sont notés au Nord et au Sud Kivu.

A l'origine de ces déplacements massifs de populations, le regain de violence, impliquant des troupes du gouvernement, les forces des FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) et des groupes de défense locaux. Ces combats dans la région orientale et instable de la RDC ont obligé plus de 100.000 civils à abandonner leur foyer depuis novembre dernier.

Le HCR estime ainsi que quelque 35.000 personnes ont été déplacées au Nord-Kivu lors d’affrontements entre milices sur les territoires de Walikale et de Masisi, des violences durant lesquelles 22 personnes ont été tuées et un nombre inconnu de femmes ont été violées.

Au Sud-Kivu, les attaques dans le territoire de Shabunda ont conduit 70.000 personnes à quitter leurs maisons.

Le HCR est vivement préoccupé par l’instabilité et très inquiet des conséquences de cette violence. La majorité des déplacés vivent dans des familles d’accueil, dans des campements de fortune bondés, ou dans des écoles occupées, selon le HCR qui a envoyé sur place une équipe d’experts pour évaluer leurs besoins.

Certains des déplacés ont expliqué au HCR qu’ils étaient victimes de « travail forcé, de harcèlement et qu’ils avaient subi des violences ».

(Extrait sonore: Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...