Poliomyélite: plus aucun cas en Inde depuis un an, selon l'OMS

Écouter /

Des enfants jouent devant le Taj Mahal, en Inde (Photo : OMS/Sephi Bergerson)

Selon l'OMS, il est essentiel de maintenir l'immunité vis-à-vis du poliovirus en Inde jusqu'à ce que la poliomyélite ait été éradiquée partout dans le monde. La transmission du poliovirus sauvage semble avoir été interrompue en Inde, où aucun cas de poliomyélite n'a été enregistré depuis un an. Le dernier cas, survenu le 13 janvier 2011, concernait une petite fille de 2 ans dans l'État du Bengale-Occidental.

Pour interrompre la transmission de la poliomyélite en Inde, il a fallu faire preuve de créativité, de persévérance et de professionnalisme – beaucoup d'innovations en matière d'éradication de la poliomyélite sont le fruit des difficultés rencontrées en Inde. « Les enseignements tirés doivent maintenant être adaptés et appliqués d'urgence pour faire disparaître la poliomyélite partout », souligne l'OMS. Alors que l'Inde était autrefois considérée comme l'épicentre mondial de la poliomyélite, si tous les examens de laboratoire en cours se révèlent négatifs, on considèrera, dans les semaines à venir, que la transmission du poliovirus sauvage (PVS) autochtone a officiellement été interrompue dans le pays. On atteindra alors un record historique puisqu'il ne restera plus que trois pays d'endémie, c'est-à-dire où la transmission du PVS autochtone n'a jamais été interrompue : le Pakistan, l'Afghanistan et le Nigéria.

Aucun relâchement n'est toutefois permis. L'Inde doit maintenir une surveillance sensible et un niveau d'immunité élevé chez les enfants afin d'éviter toute importation de poliovirus jusqu'à ce que la poliomyélite ait été éradiquée à l'échelle mondiale. En 2011, on a assisté à une augmentation alarmante du nombre de cas au Pakistan et en Afghanistan, et un poliovirus venant du Pakistan a réinfecté la Chine (qui était exempte de poliomyélite depuis 1999). En Afrique, la poliomyélite continue à se transmettre au Nigéria, en République démocratique du Congo et au Tchad, et des flambées ont touché l'Afrique de l'ouest et l'Afrique centrale au cours des 12 derniers mois. Ceci rappelle au monde que tant qu'elle existera quelque part, la poliomyélite restera une menace partout. Les progrès accomplis par l'Inde éviteront le décès ou la paralysie définitive de centaines de milliers d'enfants.

Le poliovirus se déplace facilement et peut donc toucher des zones exemptes de poliomyélite. L'interruption de la transmission de la poliomyélite en Inde évitera que ne se reproduisent les flambées – dues à un virus d'origine indienne – constatées ces dernières années dans des pays aussi divers que l'Angola, le Bangladesh, le Népal, le Tadjikistan et la Fédération de Russie.

« On peut affirmer que ce succès est la plus grande réalisation de l'Inde sur le plan de la santé publique et invite le monde entier à aller encore plus loin vers l'éradication de la poliomyélite » a dit la Directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé, le Dr Margaret Chan. Selon le Directeur général de l'UNICEF, M. Anthony Lake, l'élément clé des progrès remarquables accomplis par l'Inde dans la lutte contre la poliomyélite est le rôle moteur joué par le Gouvernement fédéral et les gouvernements des États. « Les progrès accomplis par l'Inde montrent qu'il est possible d'éradiquer la poliomyélite même dans les environnements les plus difficiles », a dit M. Lake.

L'effort d'éradication a pris une ampleur qui défie l'imagination : chaque année, plus de 170 millions d'enfants de moins de cinq ans sont vaccinés lors de deux campagnes nationales, les 70 millions d'entre eux qui habitent dans les zones à plus haut risque étant vaccinés plusieurs fois à l'occasion de campagnes spéciales supplémentaires ; l'ensemble exige près d'un milliard de doses de vaccin antipoliomyélitique oral par an. Après les progrès accomplis par l'Inde, l'effort mondial d'éradication de la poliomyélite consiste maintenant à améliorer la mise en œuvre des plans opérationnels d'urgence au Pakistan, au Nigéria et au Tchad.

(Extrait sonore : Sona Bari, Chargée de communication à l'OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Dossiers, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...