Plus de volonté politique pour assurer la croissance durable

Écouter /

Les membres du Groupe de haut niveau sur l'écoviabilité mondiale

Maintenant plus que jamais, les dirigeants du monde doivent concentrer leurs efforts sur ce qui compte le plus, la résilience des gens et de la planète sur le long terme, affirme le Groupe de haut niveau sur l’écoviabilité mondiale dans son rapport présenté lundi au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à Addis Abeba, en Ethiopie.

Le Groupe de haut niveau, composé de 22 membres et établi en août 2010, était co-présidé par la Présidente de la Finlande, Tarja Halonen, et le Président d’Afrique du Sud, Jacob Zuma. Son rapport, intitulé « Gens résilients, planète résiliente : un avenir qui mérite d’être choisi », contient 56 recommandations pour mettre en œuvre un développement durable et l’intégrer dans la politique économique le plus vite possible.

Il y a de cela un quart de siècle; le rapport Brundtland introduisait le concept de développement durable à la communauté internationale comme un nouveau gage pour assurer la croissance économique, l'équité sociale, la durabilité du développement et la protection de l'environnement. Il soutenait que le développement durable pourrait être atteint à travers un cadre politique intégré comprenant ces trois piliers du développement. Depuis lors, le monde a acquis une meilleure compréhension des défis auxquels il fait face et une meilleure conscience que la réalisation du développement durable offre aux pays de meilleures opportunités pour que les gens puissent choisir leur avenir. Cependant la volonté politique manque pour concrétiser ce développement durable, telle est l'une des conclusions du rapport mondial sur la durabilité mondiale.

Le rapport souligne également l’importance de la science comme un outil essentiel pour prendre les décisions sur les questions de croissance durable. Il appelle le Secrétaire général à mener les efforts pour produire un Rapport sur les perspectives mondiales de développement durable et à envisager de créer un Conseil consultatif scientifique ou un poste de Conseiller scientifique.

(Extrait sonore : Florian Lux du Secrétariat du Groupe de haut niveau sur l’écoviabilité mondiale ; propos recueillis par Florence Westergard)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...