Les enfants et l'holocauste : l'humanisme à travers la mémoire de la shoah

Écouter /

Photo de Marek Laub, un des 1.5 million d'enfants qui ont perdu leur vie pendant l'holocauste sans laisser de trace.

Depuis 2006 les Nations Unies consacrent chaque année le 27 janvier, date de la libération du camp d'Auschwitz-Birkenau, à la mémoire de l'holocauste. C'est l'occasion de rappeler les dangers de la discrimination et de l’intolérance.

Cette année, le thème retenu : « Les enfants et l'holocauste », attire l'attention du million et demi d'enfants à qui la vie a été arrachée pendant la shoah.

Une exposition intitulée « Un monument de bonnes intentions : les rêves et espoirs des enfants pendant l'holocauste », retracant le cheminement de treize enfants qui ont subi l'holocauste, a été organisée au Siège de l'ONU à New York.

La vie de Marek Laub est la première de celles des treize enfants à laquelle l’exposition rend hommage. Il a été tué dès son arrivée à Auschwitz-Birkenau le 14 mai 1944, à l'âge de huit ans, sans laisser de trace. Il symbolise le sort anonyme des enfants de la shoah.

Mais si Marek figure parmi les enfants de l'exposition c'est en grande partie grâce à sa demi-soeur l'auteure et poète israélienne Michal Govrin, qui a su retisser son histoire à travers un travail de recherche actif ancré dans les archives et les témoignages.

Michal Govrin assistait au vernissage de l'exposition au Siège des Nations Unies. Au micro de la Radio des Nations Unies la poète et auteure revient sur l'exposition, sur l'histoire de son frère et sur le devoir de mémoire.

(Interview : Michal Govrin, romancière, poétesse et directrice de théâtre ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...