Hervé Ladsous : Il faut rétablir l'autorité de l'État congolais dans les Kivu

Écouter /

Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint chargé du département du maintien de la paix à l'Onu. Photo: Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, invite l'État congolais à rétablir son autorité dans le territoire de Walikale (Nord-Kivu).

En visite de travail samedi 28 janvier à Ntoto, une localité de ce territoire, il a estimé que c'est le seul moyen de résoudre le problème majeur d'insécurité dans cette région, en proie à l'insécurité généralisée causée par les rebelles Rwandais des FDLR.

«Je crois qu'il est très important que l'Etat se structure dans cette région où l'Etat n'existe quasiment pas, en aidant les FARDC, la police nationale congolaise et la justice pour que les Kivus en général redeviennent des régions où l'Etat de droit règne», a déclaré Hervé Ladsous.

Près de 20 000 déplacés vivent démunis à Ntoto et dans d'autres localités des groupements Waloa-Uroba et Waloa-Yungu, fuyant l'insécurité.

Hervé Ladsous pense que seul le retour de l'autorité de l'Etat congolais peut assurer la sécurité et le développement durable auxquels toute la population de Walikale a droit.

«Les Nations Unies suppléent aux défaillances du gouvernement mais il appartient au gouvernement d'assurer à ses citoyens la sécurité à laquelle ils peuvent aspirer pour une vie normale et de développement nécessaire », ajoute-t-il.

Le chef de la localité de Ntoto ainsi que la société civile locale ont plaidé auprès de Hervé Ladsous, pour que les Nations unies interviennent dans le rétablissement de la paix dans leur région, en vue de permettre aux déplacés de regagner leurs milieux.

Selon la société civile, l'insécurité se pose avec acuité dans cette contrée, à cause de la présence des groupes armés, dont les auto-défenses Guide, les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les Maï-Maï.

Le chef de la localité de Ntoto a pour sa part sollicité l'aide des humanitaires en faveur des milliers de déplacés qui ne bénéficient d'aucune assistance en vivres ou en médicaments.

Les notables de la cité et la société civile ont aussi demandé que la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO) facilite le transport des personnes blessées au cours des différents affrontements, vers les structures médicales appropriées pour leur prise en charge correcte.

(Extrait sonore : Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...