Djibouti : l'engagement de Josefa Marrato contre la malnutrition infantile

Écouter /

Distribution d'eau à Djibouti (Photo: Unicef)

Lutte contre les maladies diarrhéiques, distribution de l'eau aux victimes de la sécheresse, combat contre la malnutrition infantile, survie de l'éducation via les cantines scolaires : voilà à quoi ressemble l'agenda de l'urgence humanitaire pour une Représentante de l'UNICEF à Djibouti. Au quotidien, Josefa Marrato scrute les dernières données de la situation nutritionnelle des enfants Djiboutiens et songe également aux mesures à long terme.

En attendant, l'UNICEF juge d'ailleurs le degré de malnutrition très inquiétant, dans la mesure où ces problèmes sont arrivés à un moment où les acteurs de développement pensaient être en mesure de contrôler la situation à Djibouti.

En effet, comme d'autres pays de la Corne de l'Afrique, Djibouti souffre des effets de sécheresses récurrentes. Des précipitations irrégulières provoquent de forts taux de malnutrition. Les enfants sont particulièrement touchés : un sur cinq souffre de malnutrition, ce qui fait proportionnellement de Djibouti le deuxième pays le plus affecté par la crise dans la Corne de l'Afrique.

Pour la Représentante de l'UNICEF, le pire scénario serait que la sécheresse se poursuit en 2012 et sans pluie, la situation pourrait s'aggraver avec une augmentation du nombre de personnes affectées. En 2011, les humanitaires ont estimé que 120 000 personnes étaient vulnérables à Djibouti. Mais en cas d'aggravation de la sécheresse, il faut s'attendre à un chiffre de 203 000 personnes pour cette année. « Si ce scénario du pire l'emporte, ça veut dire que le nombre d'enfants vulnérables va augmenter », avertit Josefa Marrato, Représentante de l'UNICEF. En cause, six années consécutives de sécheresse et une hausse des prix des produits alimentaires.

(Interview : Josefa Marrato, Représentante de l'UNICEF à Djibouti ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...