Corée du Nord : un expert de l’ONU appelle le pays à renouer avec le reste du monde

Écouter /

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en République populaire démocratique de Corée (RPDC), Marzuki Darusman

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée (RPDC), Marzuki Darusman, a exhorté vendredi les nouveaux dirigeants du pays à répondre aux problèmes concernant les droits de l’homme, dont les enlèvements de ressortissants étrangers.

« Un engagement positif de la RPDC avec la communauté internationale serait salué de tous côtés, comme cela a été le cas pour le Myanmar, où l’adoption d’un processus de réformes a été chaleureusement accueilli », a déclaré Marzuki Darusman à la fin d’une visite officielle au Japon.

« J’espère que la nouvelle direction de la RPDC verra la succession comme une occasion de travailler avec la communauté internationale et de rétablir la confiance avec le reste du monde qui a le regard braqué sur la RPDC pour voir ce qui va se passer. Le monde espère que les autorités prendront des mesures pour améliorer la situation des droits de l’homme dans le pays », a-t-il poursuivi.

Durant sa mission au Japon, le Rapporteur spécial s’est entretenu avec des représentants du gouvernement, avec des organisations non gouvernementales nationales et internationales et des individus, dont des membres des familles de personnes de nationalité japonaise enlevées en Corée du Nord.

« La RPDC devrait respecter sa promesse faite au Japon de rouvrir les enquêtes concernant le cas de 12 personnes enlevées. L’affaire est urgente, puisque les personnes enlevées et les membres de leurs familles ont atteint un âge avancé », a dit Marzuki Darusman.

Selon les informations fournies par des demandeurs d’asile qui ont réussi à quitter la RPDC, la situation humanitaire dans le pays est grave, particulièrement à cause d’une pénurie alimentaire.

« J’ai également appris avec consternation que les demandeurs d’asile de la RPDC sont refoulés des pays voisins, et que les contrôles à la frontière ont été renforcés depuis un mois environ, ce qui rend difficile la fuite de la Corée du nord », a indiqué Marzuki Darusman.

Le Rapporteur spécial a expliqué qu’il allait entrer en contact avec la nouvelle direction nord-coréenne dans les jours à venir pour demander une réunion et un accès au pays, avec l’espoir d’une coopération possible avec les autorités.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...