Syrie : Le Conseil de sécurité dira son mot

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (UN Photo/Eskinder Debebe)

Alors que le Secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, doit présenter ce mardi au Conseil de sécurité un plan de sortie de crise en Syrie défendu par son organisation, et alors qu'un nouveau projet de résolution est à la table du Conseil, la situation peut-elle évoluer favorablement pour les Syriens? En tous cas les chefs de la diplomatie américaine et de pays européens se ruent au Conseil de sécurité de l'ONU pour tenter de faire pression sur Bashar Al Assad, en vue de le déloger. Mais les jeux ne sont pas faits. La Russie et la Chine peuvent opposer leurs vétos.

Ban Ki-moon, depuis Amman, a souhaité que le Conseil s'exprime d'une seule voix et demande à Bashar Al Assade de céder le pouvoir. De fait, le projet de résolution sur la Syrie, appelle le président Al-Assad à transférer “toute son autorité à son vice-président”, en vue d’opérer une transition démocratique. Le texte souligne que “rien dans cette résolution n’impose aux États de recourir à la force ou à la menace de l’usage de la force”, une tentative d’apaiser les oppositions russe et chinoise.

La résolution soutient le plan de la Ligue arabe prévoyant “le transfert par le président syrien de toute son autorité à son vice-président, en vue de coopérer entièrement avec le gouvernement d’union nationale” pendant la période de transition.

Elle prévoit à terme “des élections libres et transparentes” sous supervision “arabe et internationale”.

(Mise en perspective de Florence Westergard, avec un extrait sonore de Ban Ki-moon Secrétaire général des Nations Unies)

Réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie Écouter /
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...