Climat : la FAO aide trois pays à adopter des pratiques agricoles intelligentes

Écouter /

La FAO et la Commission européenne ont annoncé lundi 16 janvier un nouveau projet de 5,3 millions d’euros pour aider le Malawi, le Viet Nam et la Zambie à adopter des pratiques agricoles intelligentes face au climat. L’Union européenne mobilise 3,3 millions d’euros en faveur de cette initiative et la contribution de la FAO est de 2 millions d’euros.

L’agriculture et les communautés qui en dépendent pour vivre sont hautement vulnérables aux impacts du changement climatique. Mais en même temps, le secteur agricole contribue au réchauffement de la planète, en tant que gros émetteur de gaz à effet de serre.

« L’agriculture intelligente face au climat » cherche précisément à relever ce double enjeu. Elle prévoit de transformer les systèmes agricoles pour améliorer leur contribution à la lutte contre la faim et la pauvreté, de les rendre plus résilients au changement climatique, de réduire les émissions, et d’accroître le potentiel de l’agriculture à piéger le carbone atmosphérique.

Ce projet examinera de près trois pays pour identifier les enjeux et les opportunités des pratiques agricoles intelligentes et établir des plans stratégiques adaptés à la réalité de chaque pays. La FAO indique que si toutes les solutions ne sont pas universellement applicables, nous pouvons tirer de nombreux enseignements sur la manière dont d’autres pays pourraient prendre des mesures pour commencer à adopter cette approche d’agriculture.

En étroite collaboration avec les ministères de l’agriculture et d’autres administrations dans chacun des pays partenaires, ainsi qu’avec les organisations locales et internationales, ce projet triennal se chargera d’identifier les opportunités spécifiques au pays en vue de l’expansion des pratiques intelligentes existantes ou de la mise en œuvre de nouvelles; d’étudier les obstacles à surmonter afin de promouvoir une adoption à plus vaste échelle de l’agriculture intelligente face au climat, notamment les coûts d’investissement; de promouvoir l’intégration de stratégies nationales de changement climatique et d’agriculture en faveur de la mise en œuvre de pratiques agricoles intelligentes; d’identifier des mécanismes innovants pour relier la finance du climat aux investissements dans l’agriculture intelligente; de renforcer les capacités pour planifier et mettre en œuvre des projets de pratiques intelligentes en mesure d’attirer des investissements internationaux.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...