Quand l'ONU se regarde en face

Écouter /

Cette semaine la Radio des Nations Unies revient sur la récente projection au Siège de l'ONU à New York, du film « The Whistleblower » (la dénonciatrice) et le débat qui a suivi. Un évènement organisé à l'initiative du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, pour permettre à l'ONU de faire son autocritique.

La projection du film et le débat étaient ouverts au personnel de l'Organisation et aux représentants des États Membres.

« The Whistleblower », basé sur l'expérience de Kathryn Bolkovac, raconte, avec acteurs, actrices et mise en scène à l'appui, l'histoire réelle d'une policière qui faisait partie du contingent américain au sein de la mission onusienne en Bosnie-Herzégovine en 1999. Elle témoigne de la flagrante implication de certains de ses collègues dans le trafic d'êtres humains et l'exploitation sexuelle des femmes. Informée de ces pratiques, Kathryn Bolkovac décide alors de mener une enquête pour révéler au grand jour ces violations des droits humains, mais l'histoire finit mal. Elle est licenciée et l'affaire est étouffée.

Cette édition d'Escale montre à quel point l'histoire poignante a interpellé l'audience et le personnel de l'ONU. Tour à tour de hauts responsables onusiens, des diplomates, mais aussi la réalisatrice du film, Larysa Kondracky, et Madeleine Rees, une des protagonistes de l'histoire, réagissent et débattent des progrès qu'a faits l'ONU depuis les événements du film.

Au final, l'événement aura permis à de nombreux participants, parmi lesquels nombre de membres du personnel de l'ONU, de tenter de se réconcilier avec l'Organisation à laquelle ils se vouent tant et leur aura offert la possibilité de ranimer leur volonté de lutter contre l'atroce réalité mise en avant par le film.

Une conclusion qui ne satisfait pourtant pas pleinement la réalisatrice, Lisa Kondackry, qui au-delà de la simple prise de conscience aimerait voir les mentalités et les comportements changer. Espérons que son point de vue résonnera, que les divers acteurs sauront mettre en œuvre les mécanismes mis en place par les Nations Unies pour empêcher tout abus et que le comportement des Etats Membres à l'image de celui de l'Uruguay, deviendra la norme plutôt que l'exception. Le caractère et la qualité de notre Organisation en dépendent.

Interviews :

Kiyo Akasaka, Chef du Département de l'information des Nations Unies

José Luis Cancela, Représentant permanent de l'Uruguay auprès des Nations Unies

Larysa Kondackry, réalisatrice du film « The Whistleblower »

Margot Wallström, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies contre les violences sexuelles dans les conflits armés.

Extraits sonores :

Susana Malcorra, Secrétaire générale adjointe à l'appui aux missions

Prince Zeid Ra'ad Zeid Al- Hussein, Représentant permanent de la Jordanie auprès des Nations Unies

Production : Cristina Silveiro
Montage : Fréderic Choinière
Prise de son : Zack Prewitt

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...