Présidentielle-RDC: les résultats pas conformes à la vérité, selon le cardinal Monsengwo

Écouter /

Classements des bulletins de vote par des agents électoraux le 2 décembre dans un centre de compilation de Kinshasa (Photo John Bompengo)

Selon l'archevêque de Kinshasa, les résultats de la présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) ne sont “conformes ni à la vérité ni à la justice ». Dans une conférence de presse tenue ce lundi 12 décembre à Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo a par ailleurs demandé aux différents candidats contestataires de suivre les voix légales et d'interjeter appel auprès de la Cour suprême de justice. Malheureusement ce n'est plus possible car la date buttoir des recours a expiré sans le recours de l'opposant Etienne Tshisekedi.

«Nous avons tous vu les images des bureaux de Lubumbashi et du Katanga,» a-t-il indiqué évoquant les cas des bureaux de vote incendiés le jour du vote par des hommes armés qui auraient même emporté des urnes. Mais l'archevêque de Kinshasa demande aux contestataires éventuels de recourir aux voies de droit et de ne pas se livrer à la violence, expliquant que les résultats sont provisoires et doivent être confirmés par la Cour suprême de justice.

Dans une déclaration publiée samedi 10 décembre, la mission d'observation électorale du Centre Carter estimait également que les résultats de l'élection présidentielle, annoncés par la Ceni, «manquaient de crédibilité». Pour l'ONG, les problèmes que posent le processus de compilation, constatés à Kinshasa et Lubumbashi, ne remettent pas en cause l'ordre de candidats annoncé car l'écart des voix entre eux est très important. Mais L'opposition congolaise conteste les résultats provisoires de l'élection présidentielle du 28 novembre qui donnent le président Joseph Kabila gagnant avec 48,95% des suffrages devant l'opposant Etienne Tshisekedi (32,33%). Elle refuse cependant de saisir la Cour suprême de justice (CSJ) sur les irrégularités constatées lors du scrutin. Selon elle, «cette juridiction n'inspire pas confiance». D'après une dépêche de l'Agence Reuters publiée ce lundi 12 décembre, le président de la RDC Joseph Kabila a jugé que la crédibilité de l'élection présidentielle ne pouvait pas être mise en cause. Mais le vainqueur du scrutin présidentiel du 28 novembre reconnaît «des erreurs» dans le processus électoral.

(Extrait sonore : Pellet Kipela Mondo, Rédacteur en chef adjoint de Radio Okapi; propos recueillis par Maha Fayek)

Classé sous L'info, Le journal direct.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...