Les membres du Conseil de sécurité divisés sur la question de la Libye et de la Syrie

Écouter /

Vitaly I. Churkin, Représentant permanent de la Russie et Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, répond aux questions des journalistes (UN Photo/Eskinder Debebe)

En Syrie, les premiers observateurs de la Ligue arabe étaient attendus jeudi 22 décembre à Damas. Ils sont chargés d'étudier la situation et de voir dans quelles conditions ils peuvent mettre fin aux violences qui ensanglantent le pays depuis neuf mois. Une mission difficile alors que ces dernières 48 heures près de 250 personnes ont été tuées au cours de la répression affirme l'opposition syrienne. Pendant ce temps au siège des Nations Unies à New York, les diplomates se sont prêtés le même jour au jeu des questions-réponses face aux journalistes pour expliquer leurs positions sur divers sujets discutés au Conseil de sécurité, plus particulièrement sur la Libye et la Syrie.

Concernant la situation en Libye, l'Ambassadeur Vitaly Churkin, le Représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, a indiqué que son pays a demandé au Conseil qu'une mission spéciale d'enquête de l'ONU soit menée sur les conséquences et les dommages des bombardements de l'OTAN sur les populations civiles en Libye. Il a déploré qu'au lieu de viser seulement les installations militaires de l'armée de l'ex-Président libyen, comme cela était prévu dans la résolution 1973 du Conseil de sécurité, Kadhafi lui-même, ses enfants et ses petits enfants ont été aussi la cible des bombardements de l'OTAN en Libye. Sur la Syrie, le diplomate russe a expliqué que des discussions laborieuses sont en cours avec les autres membres du Conseil de sécurité sur un projet de résolution proposé par la Russie sur ce pays.

Un autre son de cloche est venu de l'Ambassadrice Susan Rice, la Représentante permanente des Etats-Unis à l'ONU. Elle a déclaré que des progrès remarquables ont été réalisés en Libye et a salué les contributions qu'elle a qualifiées d'extraordinaires de la Ligue arabe, du Conseil de sécurité, de l'OTAN et des partenaires pour sauver des vies humaines en Libye. Susan Rice a rappelé aux journalistes qu'elle s'était personnellement rendue sur le terrain à Bengazi et à Tripoli où la population avait unanimement exprimé ses remerciements au Conseil de sécurité pour sa résolution qui a été appliquée et qui a permis de sauver de milliers de vies en Libye. Elle a déploré que certains membres du Conseil cherchent à détourner l'attention pour occulter le succès de l'action l'OTAN, du Conseil de sécurité et des partenaires pour protéger la population en Libye.

Et l'Ambassadeur de la France, Gérard Araud, a précisé de son côté que deux missions d'enquête sur la Libye sont en cours. Il s'agit de celle du Conseil des droits de l'homme dont les conclusions seront connues en mars 2012 ainsi que de celle de la Cour pénale internationale sur les dommages subis par les civils pendant la guerre en Libye. Il a estimé qu'il n'était pas du tout nécessaire de demander une autre enquête pour ce pays alors qu'aucune enquête n'a été encore autorisée sur les violations des droits de l'homme en Syrie.

(Mise en perspective de Jean-Pierre Amisi Ramazani avec des extraits sonores de l'Ambassadeur Vitaly Churkin, Représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, et de l'Ambassadrice Susan Rice, Représentante permanente des Etats-Unis auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...