FAO : mieux protéger la forêt amazonienne

Écouter /

Une nouvelle étude de la FAO publiée mardi 20 décembre a démontré comment les fruits et les plantes de la forêt amazonienne peuvent être utilisés pour améliorer l’alimentation des populations et leurs moyens de subsistance. L'Agence onusienne indique dans ce document que durant l’Année internationale des forêts, qui touche à sa fin, la FAO a réussi à mettre en évidence les liens étroits entre les peuples et les forêts, ainsi que les nombreux avantages que procurent les forêts si elles sont gérées par les communautés locales de façon durable.

Environ 80% des personnes vivant dans les pays en développement comptent sur les produits forestiers non ligneux tels que les fruits et les plantes médicinales pour leurs besoins nutritionnels et de santé. Ce nouveau livre fournit des informations complètes sur les fruits et les plantes de l’Amazonie, et est un parfait exemple de la façon dont on peut rendre les connaissances accessibles aux populations pauvres afin qu’elles puissent maximiser les avantages des produits et services forestiers et améliorer leurs moyens de subsistance.

Cet ouvrage intitulé « Arbres fruitiers et plantes utiles dans la vie amazonienne »a été produit par la FAO, le Centre de recherche international sur les forêts et Peuple et plantes international (People and Plants International). Il a été dévoilé lors d’une cérémonie à la FAO marquant la clôture de l’Année internationale des forêts.

L’Amazonie est la plus grande forêt tropicale restant dans le monde. Quelque 25 millions de personnes vivent dans la seule Amazonie brésilienne. La déforestation, les incendies et les changements climatiques pourraient devenir autant de causes de déstabilisation de la région et pourraient entraîner en 65 ans un rétrécissement de la forêt d’un tiers par rapport à sa taille actuelle, selon la publication.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...