Durban : l'ONU se félicite des avancées de la Conférence sur le climat

Écouter /

Maite Nkoana-Mashabane (à gauche), Ministre sud-africaine des affaires étrangères et Présidente de la Conférence de Durban (Photo: Jan Golinski/CCNUCC)

À Durban, en Afrique du Sud, s'est conclue dimanche la 17ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, avec un bilan mitigé. Tandis que le pays-hôte parle d'un événement historique, certains participants ont regretté l'absence de nouveaux engagements contraignants. Les négociations, qui se sont achevées tôt dimanche, auront quand même permis quelques avancées.

Aussi les parties à la Convention et les observateurs tirent un bilan mi-figue, mi-raisin des quinze jours de travaux de la Conférence de Durban. De son côté, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, salue les efforts des 194 pays participant à cette Conférence sur les changements climatiques, qui se sont mis d'accord pour créer, d'ici 2015, un nouveau pacte pour la réduction des gaz à effet de serre. Ce pacte devra succéder au Protocole de Kyoto, dont la date d'échéance de 2012 a été repoussée.

La grande percée de la Conférence aura été de savoir rallier les grands pays émetteurs, dont les Etats-Unis, la Chine et l'Inde, qui seront concernés par ce nouvel accord. Mais pas de façon juridiquement contraignante, contrairement à ce que plusieurs pays souhaitaient. Selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement, la Conférence de Durban n'aura pas non plus proposé d'actions concrètes pour parvenir à maintenir l'augmentation de la température globale en-dessous de 2 degrés Celsius pour le 21ème siècle.

(Mise en perspective : Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...