Droits LGBT : Initiative de l'UNESCO contre l'intimidation dans les écoles

Écouter /

(Photo : UNESCO)

Les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) étaient au centre d'un événement tenu jeudi 8 décembre au Siège des Nations Unies, à l'approche de la Journée des droits de l'homme, célébrée ce 10 décembre. Divers intervenants, dont le Directeur de l'UNESCO à New York, ont abordé la question de l'intimidation, de la violence et de la discrimination fondées sur l'orientation et l'identité sexuelles, en mettant l'accent sur la situation qui prévaut dans les écoles et les universités.

Par la voix de son Sous-secrétaire général aux droits de l'homme, Ivan Šimonović, le Secrétaire général Ban Ki-moon a dénoncé comme grave violation des droits humains, l'intimidation basée sur l'orientation sexuelle, qu'elle soit réelle ou perçue, qui fait des victimes dans les écoles du monde entier, avec des effets pernicieux et dévastateurs. Les élèves qui font l'objet de cette discrimination sont plus susceptibles de souffrir de dépression, d'abandonner l'école ou de commettre le suicide.

À point nommé, l'UNESCO tenait cette semaine à Rio de Janeiro, au Brésil, la toute première consultation internationale sous l'égide de l'ONU à traiter du sujet de l'intimidation à l'encontre des personnes LGBT dans les établissements d'enseignement. Pour l'UNESCO, la violence homophobe viole le droit des jeunes à l'éducation et les prive d'un environnement scolaire sécuritaire.

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) rappelle que la discrimination des minorités sexuelles sévit partout dans le monde. Ainsi, plus de 90 pour cent des élèves LGBT des Etats-Unis ont été victimes d'actes d'homophobie. En Nouvelle-Zélande, ce chiffre grimpe à 98 pour cent.

La consultation organisée par l'UNESCO a réuni certains des États membres de l'Organisation, qui ont procédé à l'examen des politiques et programmes existant dans les différents pays, de façon à pouvoir émettre ensuite des recommandations et partager les meilleures pratiques avec les ministères de l'éducation à l'échelle mondiale. Leur rapport sera publié prochainement.

Pour Philippe Kridelka, Directeur du Bureau de liaison de l'UNESCO à New York, qui prenait part à la discussion au Siège jeudi, la tenue de ces événements est signe que le vent tourne aux Nations Unies, reconnaissant le travail à faire pour assurer que les personnes LGBT bénéficient des mêmes droits que le reste de la population.

(Interview : Philippe Kridelka, Directeur du Bureau de liaison de l'UNESCO à New York ; propos recueillis par Frédéric Choinière)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...