Djibouti : Le combat du PAM et de l'UNICEF contre la malnutrition infantile

Écouter /

Centre de Nutrition de Djibouti- Photo: UNICEF

La situation nutritionnelle demeure préoccupante à Djibouti surtout parmi les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes. La sécheresse que vit ce pays de la Corne de l'Afrique ces six dernières années est en partie à l’origine de l’augmentation des taux de malnutrition et des maladies diarrhéiques. L’UNICEF juge d’ailleurs le degré de malnutrition très inquiétant, dans la mesure où ces problèmes sont arrivés à un moment où les acteurs de développement pensaient être en mesure de contrôler la situation à Djibouti.

L'Envoyé spécial de la Radio des Nations Unies s'est donc rendu dans un bidonville de la périphérie de la capitale djiboutienne. Dans ce centre de nutrition thérapeutique de Balbala, plus de deux cents enfants de moins de cinq ans attendaient ce jour là une ration d’aliments thérapeutiques. Les enfants sont auparavant repérés par des agents bénévoles travaillant pour le centre de nutrition.

Dans ce centre de nutrition de Balbala, ceux qui arborent un bracelet jaune sont ceux qui souffrent de malnutrition modérée. Les plus sévères ont des bracelets rouges et le vert est synonyme d'enfant ne souffrant pas de malnutrition.

Face à cette situation, les équipes de l'UNICEF et du PAM tentent de faire face à l'afflux croissant d'enfants mal nourris. Mais les conséquences sont déjà visibles.

Pour les responsables du PAM et de l'UNICEF, le pire scénario serait que la sécheresse se poursuit en 2012 et sans pluie, la situation pourrait s’aggraver avec une augmentation du nombre de personnes affectées. Cette année, les humanitaires ont estimé que 120 000 personnes sont vulnérables à Djibouti, mais en cas d’aggravation de la sécheresse, il faut s’attendre à un chiffre de 203 000 personnes. « Si ce scénario du pire l’emporte, ca veut dire que le nombre d’enfants vulnérables va augmenter », avertit Josefa Marrato, Représentante de l'UNICEF. En cause six années consécutives de sécheresse mais aussi une hausse des produits alimentaires.

En attendant, les humanitaires rappellent généralement qu'à Djibouti, un enfant sur cinq souffre de malnutrition, ce qui en fait proportionnellement après la Somalie, le deuxième pays le plus affecté par la crise dans la Corne de l’Afrique.

(Reportage à Balbala, à Djibouti, avec Alpha Diallo, Envoyé spécial de la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...