Désertification : le plaidoyer de Michel Sedogo

Écouter /

(Source : INERA)

Du 10 au 21 octobre, la dixième Conférence des parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification s'est réunie à Changwon, en Corée du Sud. La Conférence a permis de donner la parole à des pays directement concernés. A l'instar du Burkina Faso.

Au micro de la Radio des Nations Unies, Michel Sedogo insiste sur la sensibilisation de la population au problème de la dégradation des terres et de la gestion des ressources naturelles. Le Directeur de recherches à l'Institut burkinabè de l'environnement et de recherches agricoles explique aussi comment son pays met en œuvre la Convention.

Un plaidoyer renforcé par la projection du documentaire « L'homme qui a arrêté le désert », l'histoire du pays burkinabè, Yacouba Sawadogo qui à force de ténacité et de trois décennies d'efforts a permis de créer une forêt de quinze hectares mais aussi de renforcer la sécurité alimentaire de ses compatriotes.

La conférence a été marquée par d'autres événements parallèles, notamment dans le cadre du Pavillon des trois conventions de Rio comme le lancement du livre « La terre pour la vie ».

Au final, la Conférence de Changwon a été un succès. Elle consolide le rôle de la Convention sur la lutte contre la désertification avant la Conférence des Nations Unies sur le développement durable « Rio+20 » prévue en 2012.

(Interview : Michel Sedogo, Directeur de recherches à l'Institut de l'environnement et de recherches agricoles (INERA), Burkina Faso; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...