CPI : la Gambienne Fatou Bensouda nommée nouvelle procureure

Écouter /

Fatou S. Bensouda

La juriste gambienne, Fatou B. Bensouda, succèdera à l’actuel Procureur Luis Moreno-Ocampo à la Cour Pénale internationale en juin 2012.

Sa candidature a été soutenue à l'unanimité ce lundi par les 120 membres de l'Assemblée des Etats parties au Statut de Rome relatif à la Cour pénale internationale (CPI), réunie dans le cadre de sa dixième session à New York. La procédure de recrutement qui a pris un an a permis de la sélectionner parmi cinquante candidats.

Lors d'une conférence de presse à New York, Fatou Bensouda a déclaré lundi qu'elle s'engage pleinement à s'acquitter du mandat la CPI. Elle compte continuer la lutte contre l'impunité, et tenter de prévenir les crimes atroces dont se charge la Cour.

En réponse à une question sur ses origines et les critiques qui accusent la CPI de s'acharner contre les leaders africains, la nouvelle Procureure a précisé qu'elle estimait que son origine ne jouait aucun rôle dans son mandat et qu'elle ne souscrivait pas à ces accusations. Selon elle, la Cour travaille pour les Africains qui sont ou ont été victimes de ces crimes.

Ban Ki-moon a salué la nomination de la nouvelle Procureure. Dans un discours prononcé en son nom par la Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Asha-Rose Migiro, il a souligné l’importance grandissante de la CPI et son rôle pour assurer la lutte contre l’impunité de ceux qui sont coupables de crimes contre l’humanité. Selon lui « la Cour est un élément vital et indispensable du système de justice internationale. C’est notre meilleur espoir de mettre fin à l’impunité pour des crimes internationaux. »

Fatou Bensouda était procureure adjointe de la CPI depuis 2004, où elle dirigeait la division des poursuites. Ancienne ministre de la justice de Gambie, elle a travaillé de 2002 à 2004 pour le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha en Tanzanie, comme substitut du procureur puis comme conseillère juridique principale. Elle est diplômée de la Faculté de droit de Lagos (Nigéria).

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...