Voix de femmes : négocier pour renforcer la présence des femmes dans la diplomatie

Écouter /

Les femmes sont largement minoritaires dans les instances gouvernantes à travers le monde, même au sein de l'ONU. Il a été constaté que parmi les représentants permanents et observateurs de missions auprès de l'ONU, seuls 23 des 193 sont des femmes. Au sein même de l'Organisation des Nations Unies, la situation de la femme s'améliore mais reste préoccupante. Sur les 120 Secrétaires généraux adjoints, seuls 27 sont des femmes. En fait, en début de carrière, dans les postes professionnels au bas de l'échelon, les femmes occupent environ la moitié des postes. Mais plus on monte en grade moins ont les retrouve.

La participation de la femme dans la société et la défense de ses intérêts sont des questions qui sont importantes non seulement par principe mais parce qu'elles apportent des bénéfices pour tous. Il va de même pour la gouvernance. Plus les femmes sont intégrées dans les prises de décision, plus les politiques sont variées et plus elles tiennent compte des intérêts de la famille et des communautés.

C'est pourquoi l'Institut de formation et de recherche des Nations Unies (UNITAR) cherche à promouvoir la présence des femmes dans les sphères diplomatiques. Dans un récent atelier sur la négociation intitulé « Les femmes dans les sphères de la diplomatie », Florrie DARWIN, formatrice en négociation de la Faculté de droit de Harvard, a dirigé le volet “techniques et outils de négociations” de l'atelier. Elle est notre invitée sur Voix de femmes cette semaine et revient sur les différences de genre en matière de négociation.

 (Interview : Florrie DARWIN, formatrice en négociation de la Faculté de droit de Harvard ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...