Soudan du Sud : l'ONU condamne le bombardement d'un camp de réfugiés

Écouter /

Vue aérienne du camp près de la ville de Yida, Soudan du Sud

Les Nations Unies ont vivement condamné vendredi le bombardement la veille d’un camp de réfugiés dans l’Etat d’Unity, au Soudan du Sud, et ont réclamé une enquête. Plusieurs bombes ont été lâchées par un avion dans la zone où se trouve le camp et deux d’entre elles sont tombées à l’intérieur du camp, dont l’une près de l’école.

« Heureusement, il n’y a pas eu de victimes dans le camp et nous vérifions la situation dans les communautés environnantes », a dit un porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

Le camp de Yida accueille plus de 20.000 réfugiés qui ont fui récemment la violence dans les montagnes de Nuba, dans l’Etat du Kordofan méridional, qui fait partie du pays voisin, le Soudan.

La Haut Commissaire aux droits de l’homme, Navi Pillay, a réclamé vendredi une enquête. « Une enquête indépendante, crédible et approfondie est nécessaire pour établir les circonstances précises de ce bombardement aérien », a dit Mme Pillay dans un communiqué de presse. « Et s’il est établi qu’un crime international ou une violation grave des droits de l’homme a été commis, il faut que les auteurs soient traduits en justice. »

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est également dit préoccupé par l’escalade des tensions dans les zones frontalières entre le Soudan et le Soudan du Sud où des centaines de milliers de civils ont été déracinés depuis juin en raison de combats.

« Il y a aussi des informations cette semaine faisant état du bombardement du village de New Guffa dans l’Etat du Haut Nil, au Soudan du Sud, ayant entraîné des décès parmi les civils », a dit le porte-parole du HCR, Adrian Edwards.

En outre, environ 55.000 civils venant des zones de Damazine et de Kurmuk seraient en train de se déplacer vers le sud dans l’Etat du Nil bleu, au Soudan, a-t-il ajouté. Une partie de ces dizaines de milliers de civils traversent la frontière pour entrer au Soudan du Sud, d’autres pourraient se diriger vers l’Ethiopie où plus de 30.000 Soudanais ont déjà trouvé refuge.

Le HCR prévoit de se rendre sur place pour évaluer la situation humanitaire dans le comté de Maban, dans l’Etat du Haut Nil, au Soudan du Sud.

(Interview : Fatoumata Lejeune Kaba, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unes pour les réfugiés; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...