L'ONU souhaite renforcer et accélérer la lutte contre la violence contre les femmes

Écouter /

Margot Wallström, Représentante spéciale du Secrétaire géneral chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit (UN Photo/Rick Bajornas)

A l'occasion de la journée mondiale pour l'élimination de la violence contre les femmes, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence sexuelle dans les conflits, Margot Wallström, a demandé vendredi à tous les peuples d'être solidaires avec les victimes de violences sexuelles dans les conflits à travers le monde.

« Les victimes, particulièrement les filles et les femmes, ont vécu des horreurs inqualifiables aux mains de groupes armés qui emploient de façon systématique et délibérément le viol comme tactique pour terroriser les populations. Depuis trop longtemps, les crimes de violence sexuelle ont été perçus comme des crimes mineurs et inévitables. Ensemble nous devons rompre avec le silence et la honte », a déclaré Mme Wallström.

Le système des Nations Unies travaille avec les gouvernements et le monde associatif dans de nombreux pays pour mettre fin à l'impunité des auteurs de ce genre de crimes. Mme Wallström se trouve actuellement en Afrique de l'ouest, pour une visite officielle en Guinée, au Sierra Léone et en Côte d'Ivoire. Dans ces trois pays, elle s'est entretenue avec des victimes de violence sexuelle, des associations de victimes, des agences de l'ONU et des représentants des gouvernements et des ONG.

Sous l'impulsion du Conseil de sécurité, les dirigeants politiques du monde entier se sont engagés à prévenir et à poursuivre la lutte contre la violence sexuelle dans le cadre des résolutions 1325, 1820, 1888 et 1960 du Conseil de sécurité. « C'est un bon début, mais nous devons poursuivre les efforts », a rappelé la Représentante spéciale.

« Aussi bien ici en Côte d'Ivoire comme au Sierra Léone la semaine dernière, nous avons appris que la violence sexuelle a été utilisée comme outil d'intimidation politique dans le contexte d'élections législatives ou présidentielles. A Guinée-Conakry, les auteurs des viols en masse qui ont eu lieu dans un stade de la ville le 28 septembre 2009 courent toujours ce qui est totalement inacceptable », a-t-elle poursuivie.

Les femmes sont capables d'être des forces pour le changement, mais elles ne peuvent seulement atteindre leur plein potentiel si elles se sentent en sécurité. Les attitudes concernant les droits des femmes ne changeront pas avant qu'il existe une vraie volonté de changements et que les gens travaillent ensemble pour changer.

« J'appelle des nations à soutenir le fonds de l'ONU pour l'élimination de la violence contre les femmes, qui marque son 15ème anniversaire cette année. Le fonds soutient les organisations de la société civile qui sont en première ligne dans la lutte contre la violence sexuelle et d'autres types de violence contre les femmes », a souligné Mme Wallström.

De son côté, le Haut Commissaire pour les réfugiés, António Guterres, a réaffirmé vendredi l'engagement de son agence pour prévenir la violence contre les femmes et les jeunes filles déplacées tout en soulignant l'ampleur du problème et en promettant une nouvelle initiative en 2012 pour y répondre.

« Nous avons déjà accompli beaucoup de chemin », a-t-il indiqué au personnel rassemblé au siège du HCR à Genève, pour marquer le lancement de la campagne annuelle des 16 jours d'action contre la violence sexuelle et sexiste.

« Des centaines de milliers de femmes sont victimes de brutalités chaque année, et notre contribution à la prévention de tels actes de violence doit rester l'une de nos plus grandes priorités. Ces 16 journées d'action fournissent l'occasion de manifester notre engagement mais il est clair que notre réponse – tant personnelle que collective – ne saurait se limiter à ces 16 journées », a expliqué le Haut Commissaire.

La campagne de cette année pour les 16 journées d'action contre la violence sexuelle et sexiste est « De la paix au foyer à la paix dans le monde ». S'ouvrant aujourd'hui avec la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, cette campagne se poursuivra jusqu'à la Journée internationale des droits de l'homme le 10 décembre, les bureaux du HCR dans le monde entier mettront l'accent sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles tant à l'intérieur du foyer qu'à l'extérieur, soulignant le rôle positif que les hommes et les garçons peuvent jouer à cet égard.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...