Le Comité des droits de l'homme clos ses travaux par l'examen périodique de l'Iran

Écouter /

Perwana Abdullah Muhammed Nazhad, une Iranienne qui avec sa famille a trouvé refuge en Iraq depuis 1998 (UN Photo/Bikem Ekberzade)

Le Comité des droits de l'homme va clôturer vendredi 4 novembre à Genève, les travaux de sa cent-troisième session. Au cours de cette session, le Comité a examiné le troisième rapport périodique de l'Iran.

Les experts se sont dits très préoccupés par les cas d'exécutions extrajudiciaires, de torture et de détention illégale, ainsi que par les persécutions à l'encontre des homosexuels. Le statut de la femme iranienne, la liberté d'expression et d'association, ainsi que les droits des minorités religieuses, en particulier des Bahá'is, sont aussi des questions qui font l'objet de préoccupations de la part des membres du Comité. Les experts se sont en outre dits préoccupés par le recours à la force face à des manifestations pacifiques.

Dans les conclusions et recommandations sur l'Iran, il est également question de la peine capitale qui préoccupe vivement les experts. Ces derniers se sont en particulier inquiétés de l'application de la peine de mort à des mineurs et de l'imprécision des crimes pour lesquels cette peine est prévue. Selon des experts, il semble en outre qu'il y ait encore des mineurs dans les couloirs de la mort en Iran et que des mineurs soient exécutés. Or, on ne peut exécuter des mineurs de moins de 18 ans sans violer le Pacte international relatif aux droits civils et politiques. D'autre part, la lapidation est toujours pratiquée en Iran, avait relevé une experte du Comité. Les membres du Comité se sont également inquiétés que les lois discriminatoires contre les femmes semblent perdurer, mais aussi d'informations selon lesquelles le projet de loi de Code de la famille pourrait faire perdurer certaines inégalités, notamment pour ce qui est des mariages temporaires et du maintien de l'âge minimum du mariage à 13 ans pour les filles.

Le précédent rapport iranien avait été examiné en 1993 et 18 années se sont écoulées avant que l'Iran ne renoue le dialogue avec le Comité le 17 octobre dernier à Genève.

(Extrait sonore : Christine Chanet, Experte du Comité des droits de l'homme de l'ONU ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...