Journée internationale: promouvoir la science au service de la paix et du développement

Écouter /

A l’occasion de la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a appelé à mobiliser les sciences pour bâtir des « sociétés vertes » qui bénéficient à tous.

Le thème de cette Journée mondiale cette année est «Vers des sociétés vertes : équité, inclusion, et participation ». L’objectif de la célébration, qui s’inscrit dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) prévue au Brésil l’an prochain, est d’impliquer la société et la communauté scientifique dans une réflexion sur le rôle de la science en marche vers des « sociétés vertes ».

« Pour que l’avenir soit viable, il nous faut construire des ‘sociétés vertes’ inclusives et équitables, en même temps que des ‘économies vertes’. Les deux doivent aller de pair », a dit la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, dans un message à l’occasion de cette Journée.

« Les ‘sociétés vertes’ doivent être des sociétés du savoir, qui utilisent la science pour cerner les enjeux émergents et y apporter des réponses innovantes. A cette fin, la science doit être mobilisée et elle doit être inclusive », a-t-elle ajouté.

La Directrice générale de l’UNESCO a rappelé que l’Organisation travaillait aux côtés des pays pour renforcer leurs capacités en matière de sciences, de technologie et d’ingénierie et pour tisser des réseaux internationaux.

« Nous coopérons avec des gouvernements du monde entier, notamment en Afrique, afin de renforcer les cadres d’orientation nationaux relatifs aux sciences, à la technologie et à l’innovation », a expliqué Mme Bokova. « Nous pilotons les activités de la communauté internationale dans le domaine des sciences marines et hydrologiques à travers les contributions spécifiques de notre Commission océanographique intergouvernementale et de notre Programme hydrologique international. »

L’UNESCO s’emploie également à autonomiser les filles et les femmes afin qu’elles contribuent à la création de connaissances scientifiques.

« Au niveau mondial, nous devons bâtir une société plus verte. Il faut pour cela démocratiser la création et les acquis scientifiques pour le bien de tous, et donc éliminer les disparités entre pays dans l’élaboration et l’utilisation des connaissances scientifiques », a conclu Irina Bokova.

(mise ne perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...