Femmes : l'ONU appelle les Etats à s'engager contre les violences

Écouter /

Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes qui sera célébrée vendredi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et la Directrice exécutive de l'ONU-Femmes, Michelle Bachelet, ont appelé les dirigeants du monde à renforcer la lutte contre les violences faites aux femmes.

« La violence à l'égard des femmes et des filles, qui se manifeste sous de multiples formes, est très répandue dans le monde, que l'on pense aux viols, à la violence dans la famille, au harcèlement sur le lieu de travail, à la violence à l'école, aux mutilations génitales féminines ou aux violences sexuelles dans les conflits armés », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU dans un message adressé à l'occasion de la Journée.

Lors d'une manifestation organisée mercredi au siège de l'ONU pour marquer cette Journée, Ban Ki-moon a rappelé que le droit des femmes et des filles de vivre à l'abri de la violence est « inaliénable et essentiel ». C'est le thème central de la campagne intitulée « Tous unis pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes » et qui a été lancée en 2008. L'initiative a permis de mobiliser les gouvernements, la société civile, le secteur privé, des athlètes, des artistes, des femmes, des hommes et des jeunes du monde entier.

La plate-forme de mobilisation sociale « Dites NON – Tous UNiS » a enregistré plus de deux millions d'activités dans le monde, allant de marches de protestation à des campagnes d'information publique, en passant par la sensibilisation des parlementaires pour qu'on vienne en aide aux victimes.

Nombre de ces activités ont reçu une aide du Fonds d'affectation spéciale des Nations Unies pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Depuis sa création il y a 15 ans, des dons à hauteur de 77 millions de dollars ont été alloués à 339 initiatives dans 126 pays et territoires, a souligné le Chef de l'ONU.

Axé sur trois piliers essentiels – la prévention, la protection et la fourniture de services clés – l'appel lancé à l'occasion de la Journée par la Directrice exécutive de l'ONU Femmes, Michelle Bachelet, s'adresse aux dirigeants mondiaux afin de mobiliser la volonté et l'investissement politique et d'assurer aux femmes une vie sans violence.

Parmi les personnes participant aux événements de ce matin, figure Pascaline Umulisa, Commissaire nationale chargée de la communication et des relations publiques des guides du Rwanda, qui a décrit les activités menées par les scouts et guides rwandais pour sensibiliser les femmes à la violence, dans un pays qui par la réconciliation et le dialogue, essaie de panser les plaies causées par le génocide de 1994.

Dans le cadre d'une campagne de 16 jours d'activisme qui doit débuter mondialement le vendredi 25 novembre, Michele Bachelet a présenté les lignes directrices de 16 mesures d'actions concrètes pour mettre fin à la violence contre les femmes. Parmi ces mesures figurent : la ratification des traités et la révision des législations, l'accès universel aux services d'urgence pour les survivantes de violence, la mobilisation des communautés à travers l'éducation publique et les plaidoyers, l'engagement des hommes, des garçons et des jeunes et le jugement des coupables devant les tribunaux.

Selon Michelle Bachelet, 603 millions de femmes vivent dans des pays où la violence domestique n'est pas encore considérée comme un crime. Le niveau de la violence sexuelle demeure élevé en temps de paix comme de conflit.

(Extrait sonore : Pascaline Umulisa, Commissaire nationale chargée de la communication et des relations publiques des guides du Rwanda ; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...