Ellen Johnson Sirleaf : «Je compte réunir tous les Libériens »

Écouter /

 

Ellen Johnson-Sirleaf, réélue Présidente du Libéria

Selon la Commission électorale indépendante, Ellen Johnson Sirleaf a gagné le second tour de l'élection présidentielle à plus de 90%. La Présidente sortante était assurée d’être réélue dans la mesure où son principal opposant Winston Tubman s’était retiré de la présidentielle pour cause, a-t-il dit, de « fraudes ». De ce fait, la participation des Libériens au scrutin a été assez faible. Alors quel sens donner à la victoire d'Ellen Johnson-Sirleaf? Réponse de l'intéressée dans une interview exclusive accordée à la Radio de l'ONU. Des propos recueillis par Maha Fayek

Radio de l'ONU- Madame Sirleaf le second tour du scrutin présidentiel a été marqué par toute une série de problèmes qui vont rendre les choses beaucoup plus difficiles pour vous. Comment comptez-vous relever les défis du scrutin en tant que Présidente du Libéria mais surtout en tant que lauréate du prix Nobel de la paix?

E J Sirleaf- Le second tour a été marqué par des incidents malheureux, suivis de violences et d'échanges de tirs entre nos forces de l'ordre et les membres du principal parti d'opposition. Nous allons enquêter sur ce qui s’est passé lors de ces événements et nous allons prendre des mesures appropriées contre ceux qui, parmi nos forces de sécurité, ont violé notre politique de non recours à la violence.

Cela dit, le plus important pour nous c'est de tendre la main à tous les dirigeants politiques, Nous allons le faire. Nous allons les intégrer dans le processus politique et ils seront aussi les protagonistes du développement. Nous allons donc travailler avec eux, surtout avec les jeunes, sur des programmes d'éducation, de formation professionnelles pour mieux les placer sur le marché de l'emploi… Je compte réunir et réconcilier tous les Libériens. Tous doivent savoir qu'ils occupent la même place dans notre société et qu'ils ont un rôle important à jouer. En tant que lauréate du prix Nobel de la paix, je dois redoubler d'efforts bien sûr pour promouvoir la paix et la réconciliation.

Radio des Nations Unies- Winston Tubman a dit qu'il allait remettre en cause la légalité des élections. Quel impact cela pourrait-t-il avoir sur votre capacité à gouverner le pays?

E J Sirleaf- M. Tubman a parfaitement le droit de contester les résultats des élections, mais nous sommes certains de leur validité parce qu’ils répondent pleinement aux exigences de notre constitution et de nos lois électorales. Cela n’affectera pas notre performance et notre engagement pour l’avenir. Le Libéria ira de l'avant. Je suis confiante que ce défi sera relevé et ne devra gêner, en aucun cas, le progrès que nous allons faire dans les prochaines années. Pour cela nous allons certainement travailler avec les Nations Unies pour franchir l'étape de l'aide et de l'assistance humanitaire et nous orienter davantage vers le développement durable. Pour la sécurité nous devons travailler plus étroitement avec l'ONU sur le plan de sortie des casques bleus du pays et la prise du relais de la sécurité par nos forces nationales.

 Radio des Nations Unies- Le niveau du chômage est très élevé au Libéria. Comment comptez-vous vous attelez à ce problème?

E J Sirleaf- Au cours des 6 dernières années nous avons mobilisé plusieurs investissements privés. Et 16 milliards de dollars sont maintenant disponibles grâce à des contrats d'investissements privés et des accords négociés. Évidemment tout cela doit créer de nouvelles opportunités pour l'emploi des jeunes dans les secteurs des mines, de l’agriculture, de la pêche et le secteur forestier.

Radio des Nations Unies- Avez-vous l'intention de faire certaines choses différemment pour ce second mandat?

E J Sirleaf- Je vais être plus rigoureuse dans l’évaluation de la performance des uns et des autres, notamment pour prendre des mesures correctives quant il le faut. Donc à cet égard, vous verrez, je pense, que nous allons obtenir de meilleurs résultats.

Radio des Nations Unies- Et sur un plan plus personnel souhaitez vous partagez avec moi vos sentiments surtout le fait que vous soyez une femme Présidente; les problèmes que vous risquez d'avoir?…

E J Sirleaf- Écoutez je suis une professionnelle ; je suis une technocrate et je suis une femme ; un point c'est tout. Je crois qu'en tant que première femme présidente démocratiquement élue sur le continent, je représente l’aspiration et les attentes des femmes du Libéria et d'Afrique. Et je m'engage à réussir pour elles et en leur nom.

(Interview exclusive de la Radio des Nations Unies avec Ellen Johnson Sirleaf, Présidente du Libéria ; propos recueillis par Maha Fayek)

Classé sous Dossiers.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...