Économie : le sud pourrait changer la donne pour les PMA

Écouter /

Le Rapport 2011 de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) portant sur les pays les moins avancés (PMA), intitulé « La contribution potentielle de la coopération Sud-Sud à un développement équitable et durable», fait valoir que les économies en développement dynamiques sont une chance pour les pays les PMA, mais qu'un cadre rationnel est nécessaire pour mettre à profit le potentiel de ces partenariats nouveaux.

Le rapport indique que les perspectives économiques à moyen terme pour ces pays sont probablement moins bonnes que dans la décennie écoulée, en raison des risques de récession qui touchent les économies développées et aussi des incertitudes qui entourent le rééquilibrage de l'économie mondiale. Les prévisions à moyen terme laissent présager des taux de croissance moyens de l'ordre de 5,8 %, soit près de un point et demi de moins que pour la période 2002 – 2008.

La mauvaise conjoncture extérieure va affecter les perspectives de croissance des PMA, notamment le dynamisme de leurs exportations, compromettant ainsi leur stratégie de développement, qui est fondée sur une croissance tirée par l'exportation. En 2010, les exportations de marchandises des PMA ont été inférieures à leur niveau de 2008. La balance commerciale est devenue négative pendant et après la crise, contribuant à une sérieuse détérioration du compte courant de la balance des paiements. On constate par ailleurs davantage d'instabilité, surtout dans les cours des produits de base. Autre facteur très préoccupant pour beaucoup de PMA, les prix des combustibles et des produits alimentaires se sont à nouveau accrus. Ces tendances se sont installées dans un contexte de fléchissement des entrées de capitaux privés, et peut-être de diminution de l'aide.

Avec la baisse de la demande de leurs produits dans les pays développés, les PMA doivent chercher des débouchés ailleurs. Les pays en développement dynamiques, ainsi que les partenaires régionaux pourraient devenir de nouveaux clients pour les PMA.

À mesure qu'ils ont ouvert leur économie et sont devenus plus tributaires de l'exportation de produits primaires, les PMA sont aussi devenus plus vulnérables aux brusques changements des conditions extérieures. La reprise après la «triple crise» − alimentaire, énergétique et financière − est, au mieux, partielle dans les PMA, et la situation mondiale actuelle et ses perspectives à moyen terme ne sont guère prometteuses. En outre, si les tendances actuelles en matière de réduction de la pauvreté et de démographie se poursuivent, les PMA risquent de devenir un jour le principal foyer d'extrême pauvreté dans le monde.

Malgré un retour de la croissance au début de la décennie 2000 et leur apparente résilience face à la récession, les PMA ne jouent toujours qu'un rôle marginal dans l'économie internationale. En 2009, alors qu'ils représentaient un huitième de la population de la planète, ils fournissaient moins d'un centième de la production mondiale.

(Interview : Pierre Encontre, Chef des programmes spéciaux à la Division Afrique et des pays les moins avancés à la CNUCED; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...