Djibouti : l'OMS aide les autorités à soigner des cas de diarrhée aiguë

Écouter /

Djibouti

A Djibouti, les autorités et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) indiquent que les cas de diarrhée aiguë sont passés de 2 000 l'an dernier à 5 000 jusqu'à présent pour 2011. Cette maladie est provoquée par la sécheresse et le manque d'hygiène et d'eau potable. Les diarrhées ont fait deux morts en octobre et 127 nouveaux cas ont été signalés début novembre.

Selon Tarik Jasarevic, le porte-parole de l'OMS, Il y a un deuxième centre de traitement qui a été établi avec l'aide et le soutien de l'OMS et des partenaires de santé en juillet 2011. Ce centre va rouvrir dans quelques jours après sa réhabilitation. L'OMS met en place des structures avec le Ministère djiboutien de la santé dans tous les hôpitaux régionaux pour pouvoir répondre aux cas de diarrhée aiguë. Le traitement n'est pas très compliqué. Si la plupart des patients arrivent à temps dans les centres de traitement, ils peuvent être traités avec succès, explique le porte-parole de l'OMS. Il suffit donc de passer par un traitement d'hydratation.

Cette diarrhée aiguë à Djibouti n'est pas encore confirmée par l'OMS comme étant le choléra, qui est une infection intestinale aiguë due à l'ingestion d'eau ou d'aliments contaminés par le bacille Vibrio cholerae. La durée d'incubation est courte, de moins d'un jour à cinq jours. Le bacille produit une entérotoxine qui provoque une diarrhée abondante, indolore pouvant aboutir rapidement à une déshydratation sévère et à la mort du sujet si le traitement n'est pas administré rapidement. La plupart des patients présentent aussi des vomissements.

(Extrait sonore : Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...