Développement durable : la croisade de Khadija Razavi contre l'accaparement des terres

Écouter /

Razavi Khadija (Photo : IISD)

L'Iranienne Khadija Razavi est l'invitée de Voix de femme cette semaine. Elle est la Directrice exécutive du CENESTA, le Centre pour le développement durable basé en Iran.

Khadija Razavi est spécialiste de la participation communautaire, de la conservation de la biodiversité et du rôle des femmes dans le développement durable. Ce qui ne l'empêche pas non plus de s'intéresser au défi inquiétant de l'accaparement des terres. Un thème qu'elle a développé récemment à Changwon, en Corée du Sud, lors de la dixième Conférence des parties à la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification.

Déjà au début du mois d'octobre, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation Olivier de Schutter avait mis en garde contre la pratique d'accaparement de terres pour la production de biocarburants, des projets d'infrastructure à grande échelle ou autre, qui menace la sécurité alimentaire pour des centaines de millions de personnes en mettant en péril les petits producteurs agricoles.

« La menace de l'accaparement de terres nous rappelle l'importance vitale de l'accès aux terres pour 500 millions de familles dans le monde qui n'ont pas encore acquis une sécurité alimentaire, » avait alors déclaré Olivier de Schutter.

Les contrats passés entre les acheteurs (des multinationales mais aussi des Etats) et les pays du Sud laissent trop souvent de côté les populations locales qui exploitaient jusqu'à présent ces terres. L'enjeu consiste bien à savoir si les paysans africains profiteront de ces transactions ou si, au contraire, ils seront chassés de ces terres ou tenus à l'écart des bénéfices dans un système productiviste mécanisé qui n'a plus besoin d'autant de paysans.

« Si les pays ne font pas l'objet de surveillance internationale et ne sont pas encouragés à partager les rapports avec leur société civile, une grande partie de la valeur ajoutée des directives sur la gestion des terres sera perdue », avait-il prévenu.

(Interview : Khadija Razavi, Directrice exécutive du Centre pour le développement durable basé, Iran; propos recueillis par Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...