Cambodge : l’ONU salue le début du procès de trois ex-dirigeants khmers rouges

Écouter /

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a salué l’ouverture lundi 21 novembre du procès de trois anciens hauts responsables khmers rouges accusés de génocide, de crimes contre l’humanité et de torture devant les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC), le tribunal spécial créé par le gouvernement cambodgien et l’ONU, pour juger les Khmers rouges.

« C’est un nouveau jour historique pour le peuple du Cambodge. Beaucoup de Cambodgiens ont longtemps attendu de voir le début de ce procès et de pouvoir enfin commencer à entendre des preuves sur les atrocités commises dans le pays il y a 30 ans », a déclaré Navi Pillay dans un communiqué. « Les témoignages des survivants vont indubitablement aider une nouvelle génération de Cambodgiens à comprendre leur histoire », a-t-elle ajouté.

Les témoignages de la défense et de l’accusation vont être entendus, y compris ceux des présumés coupables : Nuon Chua, Ieng Sary et Khieu Samphan. Le tribunal a décidé la semaine dernière qu’une quatrième ex-responsable khmer rouge poursuivie, Ieng Thirith, n’était pas capable de suivre un procès. Une expertise médicale a déclaré qu’elle souffrait de démence, probablement causée par la maladie d’Alzheimer. Sous le régime khmer rouge, Mme Thirith était ministre des affaires sociales.

Nuon Chua, 84 ans, appelé « Frère numéro deux » sous le régime des Khmers rouges, est accusé d’avoir été le principal architecte de la politique du Parti communiste du Kampuchéa, d’avoir contrôlé l’appareil de sécurité intérieure du pays et d’avoir fourni un soutien à la politique de réinstallation forcée et d’asservissement. Ieng Sary, 84 ans, a été ministre des affaires étrangères et vice-Premier ministre sous les Khmers rouges. Il a fui vers la Thaïlande quand le régime est tombé en 1979. Et Khieu Samphan, 79 ans, a servi en tant que chef d’Etat du Kampuchéa démocratique. Il a succédé à Pol Pot à la tête des Khmers rouges, quand celui-ci a pris sa retraite en 1985.

Environ 1,7 millions de personnes ont perdu la vie entre le 17 avril 1975 et le 6 janvier 1979 au Cambodge, la période durant laquelle le régime khmer rouge, dirigé par le dictateur Pol Pot, était au pouvoir.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...