Afrique : introduction de vaccins contre le rotavirus dans plus de douze nouveaux pays

Écouter /

En juillet 2011, le Soudan est devenu le premier pays africain à introduire le vaccin antirotavirus grâce au financement de GAVI (Photo : GAVI)

L'Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation (GAVI), un partenariat mixte public-privé qui s'efforce d'élargir l'accès à la vaccination dans les pays pauvres, a annoncé récemment le financement de vaccins antirotavirus dans douze nouveaux pays en Afrique.

Le rotavirus est la principale cause de diarrhée sévère chez les enfants de moins de cinq ans. Il tue plus d'un demi-million d'enfants chaque année dans le monde et provoque des maladies chez des millions d'autres. Près de la moitié de ces décès surviennent en Afrique, où l'accès à un traitement contre les diarrhées sévères à rotavirus est très limité, voire inexistant.

Au Cameroun, l'un des douze nouveaux pays bénéficiaires, la campagne de vaccination contre le rotavirus devrait permettre de sauver la vie d'environ 20.000 enfants. Les vaccins rotavirus seront administrés en 2013, une fois les infrastructures et les campagnes de sensibilisation lancées.

Les vaccins antirotavirus se sont révélés très efficaces pour réduire l'incidence des diarrhées sévères, voire fatales, et ont permis de sauver la vie de milliers d'enfants. Selon de récentes études, les vaccins antirotavirus améliorent la santé des enfants et réduisent nettement leur mortalité. Par exemple, avant l'introduction de ces vaccins au Mexique en 2006, la moitié des décès d'enfants étaient directement imputables à la diarrhée infantile à rotavirus. Aujourd'hui, le pays est parvenu de façon remarquable à réduire de 46 % le nombre de décès d'enfants de moins de cinq ans dus à la diarrhée.

D'ici 2015, le GAVI et ses partenaires se sont engagés à soutenir l'introduction du vaccin antirotavirus dans plus de quarante pays en développement et à vacciner plus de 50 millions d'enfants. Outre le Soudan, le Nicaragua, la Bolivie, le Guyana et le Honduras ont déjà introduit les vaccins antirotavirus dans leurs programmes nationaux grâce au soutien du GAVI.

(Interview : Docteur Clarisse Loé Loumou, pédiatre camerounaise, membre du Comité de pilotage de l'Assemblée des organisations de la société civile (OSC), partenaires du GAVI; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...