RDC: l'OCHA très choqué par l'assassinat de cinq humanitaires au Sud-Kivu

Écouter /

Escorte humanitaire

La communauté humanitaire de la République Démocratique du Congo (RDC) est « très choquée » par l'attaque armée qui s'est soldée mardi 4 octobre par la mort de cinq fonctionnaires d'une organisation non gouvernementale humanitaire œuvrant dans le domaine de l'éducation dans la localité de Malinde, dans la Province du Sud-Kivu. Plusieurs autres personnes ont été tuées ou blessées lors de cette attaque.

Mais malgré cette attaque, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) note que les humanitaires continueront leur travail pour apporter une assistance aux personnes vulnérables dans toutes les provinces de la RDC. « Ces incidents ne vont pas nous détourner de notre mission », avertit le porte-parole d'OCHA. Elisabeth Byrs fait remarquer également la préoccupation de l'OCHA étant donné que ces attaques contre les humanitaires surviennent à l'approche de l'élection présidentielle.

Cette dernière agression intervient le même jour qu'un autre incident perpétré contre une ONG travaillant dans les hauts plateaux d'Uvira. Selon le porte-parole de l'OCHA, cette agression est l'une des plus grave contre les humanitaires en RDC. Elisabeth Byrs rappelle à cet égard la plus grave lorsque six membres du CICR avaient été tués le 26 avril 2001. Mais ces nouveaux morts viennent renforcer le sentiment d'insécurité qui règne depuis plusieurs mois au sein des organisations humanitaires travaillant dans l'est de la RDC. « Nous déplorons avec la dernière énergie cette agression et tous les autres actes qui entravent le travail des acteurs humanitaires en RDC. Nous appelons le Gouvernement congolais à ouvrir immédiatement une enquête pour retrouver les auteurs de cet acte odieux afin de les traduire en justice » a-t-elle déclaré.

Depuis plusieurs semaines, les incidents contre les travailleurs humanitaires sont de plus en plus récurrents dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, compromettant l'acheminement à temps de l'assistance humanitaire. Depuis le mois d'août, le Nord-Kivu a enregistré près de 25 incidents, tandis qu'une quinzaine d'incidents a été enregistrée dans le Sud-Kivu. Ces incidents vont du braquage pour extorsion de biens à la prise d'otages en passant par le détournement des véhicules humanitaires pour le transport d'effets militaires. Ces actes sont liés à la persistance des conflits dans ces deux provinces. Depuis le début de cette année, le Nord-Kivu et le Sud-Kivu ont enregistré près de 140 incidents sécuritaires contre les acteurs humanitaires.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...