Niger : cri d'alerte du PAM pour éviter une crise alimentaire

Écouter /

 

Famille au Niger

La menace croissante d’insécurité alimentaire au Niger est très inquiétante et le pays pourrait être confronté à une crise alimentaire majeure si des mesures rapides ne sont pas prises, a mis en garde vendredi 28 octobre, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

« Les familles vulnérables sont toujours affaiblies par la crise précédente, il y a moins d’un an, et elles ne disposent pas de capacités nécessaires pour faire face à un nouveau choc », a dit la Directrice pays du PAM au Niger, Denise Brown.

Selon le PAM, environ un million de personnes ont un besoin urgent de nourriture suite à des mauvaises récoltes au Niger, frappé par la sécheresse. Ce chiffre est susceptible d’augmenter à l’approche de la période de soudure, qui dure d’avril à septembre. Les résultats de l’évaluation des récoltes font état d’un déficit céréalier national de 500.000 tonnes, un déficit plus important que ceux enregistrés lors des crises précédentes en 2005 et en 2010.

Le PAM prévoit d’intensifier en toute urgence ses opérations au Niger en augmentant le nombre de personnes soutenues par des projets de « Vivres et argent contre travail » et en renforçant ses programmes de nutrition auprès des enfants de moins de 2 ans et des femmes enceintes et allaitantes. Actuellement, le PAM vient en aide à 500.000 personnes vulnérables par mois en moyenne. En raison de la récurrence croissante des sécheresses dans le Sahel, les communautés n’ont pas eu le temps de se remettre sur pied depuis la dernière crise alimentaire. Les familles vulnérables n’ont pas pu reconstituer ni leurs stocks alimentaires ni leur bétail.

Le retour d’environ 200.000 travailleurs migrants, qui envoyaient de l’argent depuis la Libye et la Côte d’Ivoire, a affecté l’économie locale et a également créé un fardeau supplémentaire pour des communautés déjà confrontées à des pénuries alimentaires.

Selon ses estimations, le PAM aurait besoin de 60 millions de dollars supplémentaires pour fournir une assistance alimentaire aux groupes les plus vulnérables au cours des six prochains mois. Le PAM surveille également la situation dans d’autres pays de la région. L’agence se dit inquiète au sujet de la situation au Tchad, en Mauritanie et au Burkina Faso. En Mauritanie, le PAM estime qu’environ 700.000 personnes sont en proie à une insécurité alimentaire sévère, contre 500.000 personnes menacées les années précédentes.

(Extrait sonore : Gaëlle Sevenier, porte-parole du PAM)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...