Droits de l'homme : les défis multiples du Togo

Écouter /

Le Palais des Nations à Genève, où siège le Conseil des droits de l'homme (UN-Photo)

Dans le cadre de l'examen périodique universel, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a examiné, ce jeudi à Genève, le rapport du Togo. Et le rapport présenté par Lomé rappelle que le Togo a connu une longue période d'instabilité liée en partie au processus de dévolution du pouvoir, induisant une polarisation au sein des acteurs politiques, avec des conséquences néfastes en matière de droits de l'homme. A cet égard, le Comité des droits de l'homme s'est inquiété par les allégations de torture et de mauvais traitements en détention, notamment dans les locaux de l'Agence nationale de renseignement, et par les allégations de décès résultant de mauvais traitements en détention.

Autre question soulevée dans la compilation établie par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, la préoccupation observée par le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale concernant les tensions persistantes entre les différentes ethnies au Togo qui pourraient constituer des entraves au processus de réconciliation.

Dans ce rapport, le Comité des droits de l'homme a noté avec regret que les violations graves des droits de l'homme commises pendant et après les élections présidentielles de 2005 n'avaient toujours pas fait l'objet d'enquête judiciaire, que les responsables n'avaient pas été poursuivis et condamnés et que les réparations dues aux victimes de ces violations n'avaient pas été octroyées. « Le Togo devrait poursuivre ses efforts pour aboutir à la conclusion prochaine des travaux de la Commission Vérité, justice et réconciliation. La mise en place d'un système de justice transitionnelle ne saurait toutefois dispenser de poursuivre pénalement les violations graves des droits de l'homme », souligne ce rapport préparé par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme.

Face à toutes ces inquiétudes, le Togo s'est dit décidé à tout mettre en œuvre pour faire de la promotion des droits humains le socle de la nouvelle orientation du Gouvernement pour le développement du Togo et l'épanouissement des Togolais. « Nous sommes conscients des problèmes auxquels nous sommes confrontés, des obligations de répondre aux engagements et nous sommes également conscients des attentes et des difficultés à y répondre avec efficacité », a fait remarquer le Ministre des droits de l'homme du Togo venue défendre le rapport de son pays devant le Conseil des droits de l'homme.

Voilà pourquoi, Leonardina Rita Doris Wilson-de Souza en a appelé à la communauté internationale pour accompagner le Togo dans sa détermination à finaliser les réformes nécessaires à la consolidation de l'état de droit, à lutter contre la pauvreté et l'impunité mais aussi à créer les condition d'une véritable réconciliation représentant la voie vers l'éradication des différentes formes de discrimination.

Des pays comme la France ont interpellé la délégation togolaise sur les mauvaises conditions de détention, le manque d'indépendance de la justice ou les nombreux cas d'arrestations arbitraires.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Leonardina Rita Doris Wilson-de Souza, Ministre des Droits de l'homme, de la consolidation, de la démocratie et de la formation civique du Togo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...