Côte d'Ivoire : le FPI réagit à l'enquête prévue par la CPI

Écouter /

La Cour Pénale Internationale (CPI) a été autorisée cette semaine à ouvrir une enquête sur les crimes présumés relevant de la compétence de la Cour, qui auraient été commis en Côte d’Ivoire depuis le 28 novembre 2010, ainsi que sur les crimes qui pourraient être commis dans le futur dans le contexte de cette situation.

Le Front Populaire Ivoirien (FPI) n'y voit pas d'inconvénient. Cependant le parti de Laurent Gbagbo, par la bouche de Séry Gouagnon, le Secrétaire National chargé des Libertés et de la Justice au FPI, demande que les enquêtes remontent un peu plus loin dans le temps ; qu'elles remontent précisément à l'année 1999, date du coup d'État militaire dans le pays.

 La Côte d’Ivoire, qui n’est pas partie au Statut de Rome, avait, le 18 avril 2003, déclaré accepter la compétence de la Cour. La présidence de la République de Côte d’Ivoire avait confirmé cette acceptation les 14 décembre 2010 et 3 mai 2011. Après avoir conduit un examen préliminaire, le Procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a conclu à l’existence d’une base raisonnable de croire que des crimes relevant de la compétence de la Cour aurait été commis en Côte d’Ivoire depuis le 28 novembre 2010.

(Extrait sonore : Séry Gouagnon, le Secrétaire National chargé des Libertés et de la Justice au FPI ; propos recueillis par Soro Adam's d'ONUCI FM)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...