Conseil de sécurité: le veto de la Chine et de la Russie à une résolution condamnant la Syrie

Écouter /

Li Baodong, Représentant permanent de la Chine, exerce le droit de veto en se prononçant contre le projet de résolution au Conseil de sécurité, sous le regard de Bashar Ja'afari, Représentant permanent de la Syrie (UN-Photo/Paulo Filgueiras)

Sans succès les pays occidentaux se sont efforcés de faire adopter mardi au Conseil de sécurité de l’ONU une résolution qui visait à condamner la répression du régime syrien. La Chine et la Russie y ont opposé leur veto.

Susan Rice, la Représentante des Etats-Unis à l'ONU n'aura jamais été aussi ouvertement virulente à l'endroit de la Russie et de la Chine : « Le peuple courageux de Syrie sait maintenant qui sont ceux qui soutiennent -dans ce Conseil- leurs aspirations à la liberté, les droits de l'homme et le droit universel et qui ne le font pas ».

Côté européen Susan Rice ne prêche que des convertis à l'exemple de la France qui a poussé haut la barre en faisant le procès de ceux qui ont opposé un veto politique.

La réponse de la Chine et de la Russie ne s'est pas fait attendre. La Chine estime que le projet de résolution des occidentaux n'avait pour but que de faire pression sur la Syrie. La Russie -par la voix de son Représentant Vitaly Churkin- a révélé qu'une résolution beaucoup plus mesurée a été posée sur la table du Conseil par ses soins ainsi que ceux de la Chine. « Celle-ci tenait compte du principe du respect de la souveraineté nationale, de l'intégrité territoriale. La résolution sino-russe était hostile à toute intervention militaire que celle des occidentaux tentait d'envisager. Et puis contrairement à la résolution des occidentaux, celle des Russes et des Chinois n'atteste pas que le Président Assad a perdu toute légitimité et enfin elle invite tous les Syriens à éviter la confrontation et à s'ouvrir au dialogue », a soutenu le Représentant de la Russie.

Les vetos russe et chinois, en plus de quatre abstentions au vote ont certes fait un grand heureux : La Syrie…. Bashar Ja'afari a fustigé les États-Unis, maîtres artisans des vetos à l'ONU, pour avoir opposé leur veto, tout juste une cinquantaine de fois depuis 1948, à des résolutions en faveur des Palestiniens. Il a rappelé « le registre noir » de ceux qui voulaient réprimander la Syrie, en listant des faits historiques ayant porté préjudice aux Américains, aux occidentaux et à la France ; en les renvoyant à une époque sombre de leur histoire récente dont les pages s'inscrivent sous les chapitres suivants : Vietnam, Laos, Cambodge, Algérie, Iraq et Afghanistan.

(Mise en perspective de Maha Fayek ; avec extraits sonores de Susan Rice, Représentante permanente des États-Unis auprès des Nations Unies ; Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies ; Vitaly Churkin, Représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies ; et Bashar Ja'afari, Représentant permanent de la Syrie auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...