Yémen : des milliers de migrants éthiopiens bloqués

Écouter /

Des milliers de migrants éthiopiens sont bloqués au Yémen, en raison du manque de moyens financiers et des troubles qui perturbent les efforts pour les évacuer. Selon l'Organisation internationale des migrations (OIM), les évènements survenus ces derniers jours au Yémen ont compliqué encore plus les efforts de l'OIM pour évacuer environ 3 000 migrants éthiopiens, qui sont rassemblés dans le district de Haradh, à la frontière de l'Arabie saoudite.

Mais d'après, Jean-Philippe Chauzy, le porte-parole de l'OIM, le principal obstacle reste le manque d'argent. L'OIM a besoin de 2,5 millions de dollars pour terminer l'évacuation.

« Nous sommes pris entre le marteau et l'enclume », a déclaré Jean-Philippe Chauzy, expliquant que les migrants étaient arrivés au Yémen, dans le but de passer en Arabie Saoudite pour y trouver un emploi. « Nous donnons une assistance aux plus vulnérables, ils viennent tous les jours nous dire « aidez-nous à rentrer », a-t-il encore indiqué.

L'OIM a évacué ces derniers dix mois, environ 5.000 migrants, éthiopiens pour la plupart.

Ce mardi, des coups de feu ont été tirés à Sanaa, pour le troisième jour consécutif. Le nombre des victimes depuis le début de ces nouvelles violences s'élève à 60.

Lundi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait fait part de sa préoccupation concernant la montée de la violence au Yémen et avait appelé toutes les parties prenantes à faire preuve de la plus grande retenue et à éviter les actions provocatrices. Ban Ki-Moon avait condamné fermement l'usage excessif de la force par les forces de l'ordre du gouvernement contre des manifestants non armés dans la capitale Sana'a qui a fait de nombreux tués et blessés. Le Secrétaire général avait appelé les autorités yéménites à protéger les civils et à respecter leurs obligations telles que définies dans la loi internationale en vigueur. Il avait exhorté tous les acteurs politiques à s'engager à travailler étroitement avec le Conseiller spécial de l'ONU, Jamal Benomar.

(Extrait sonore : Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...