Syrie: Navi Pillay parle d'attaques ciblées contre des activistes en dehors du pays

Écouter /

Des manifestatns à Damas, en Syrie, en avril dernier (UN-Photo)

Six mois après le début du mouvement de contestation, des milliers de Syriens continuent de défier les balles des forces de sécurité. A Genève, le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a une nouvelle fois dénoncé ce vendredi la brutalité de la répression en Syrie ainsi que des attaques qui semblent viser des militants qui habitent à l'extérieur du pays.

« D'éminents défenseurs des droits de l'homme, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, auraient été ciblés », a ajouté Ravina Shamdasani, sans donner de détails. Mais la porte-parole note que l'ONU a reçu suffisamment d'informations qui justifient qu'elle souligne ce qui s'y passe.

Le Haut Commissariat aux droits de l'homme est également préoccupé par des informations faisant état de familles et sympathisants des manifestants visés par les forces de sécurité. C'est le cas de Zainab al-Hosni dans la ville de Homs. Le corps mutilé de cette adolescente syrienne de 18 ans, torturée lors d'une garde à vue, a été découvert par ses proches le 13 septembre. « Nous avons reçu des informations non confirmées selon lesquels elle aurait été enlevée par des membres des forces de sécurité le 27 juillet, apparemment pour faire pression sur son frère », un militant, a déclaré la porte-parole.

Depuis le début du mouvement de contestation, la répression en Syrie a fait plus de 2.700 morts, selon l'ONU. Face à l'intensification de la répression sanglante du régime de Bachar Al-Assad contre les manifestants, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a appelé à une réponse internationale pour alléger la « situation désastreuse » dans le pays.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo, avec un extrait sonore de Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...